ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution (PRC)

ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution

 

Programme de recherche collaboratif financé par l’Agence Nationale de la Recherche / 15 chercheurs, 7 pays.

 

Coordination : Saskia Cousin (Université de Paris, CESSMA) ; partenaires : Anne Doquet (IRD, IMAf), Alexandra Galitzine (CESSMA, ICM)

Résumé en français (in english below)  :

Alors que la question de la restitution des collections africaines fait polémique en France et en Europe, le programme comparatif, diachronique et multiscalaire ReTours vise à déplacer l’enquête 1) de l’Occident aux pays africains concernés, 2) des questions de restitution aux problématiques du retour, 3) de la vision muséo-centrée aux rôles des diasporas et du tourisme, 4) des instances et autorités officielles du patrimoine aux lieux, récits et transmissions considérés comme marginaux, secondaires ou officieux.

ReTours est un programme novateur tant dans ses objectifs de recherche critiques que par ses méthodes d’enquêtes et ses collaborations culturelles. Constitué d’un consortium international et pluridisciplinaire de 15 chercheurs, ReTours travaillera à partir du Bénin, du Cameroun, du Mali et du Sénégal et sur leurs diasporas.

L’objectif du programme est de saisir les enjeux politiques, les rôles économiques, les usages sociaux du retour. Il s’organise à partir de trois axes qui sont autant de manières de désigner les biens culturels :  1) Géopolitique du patrimoine, autour des mobilisations pour ou contre la restitution des “oeuvres”, 2) Économies du retour et imaginaires du tourisme, à propos des dispositifs d’accueil notamment touristiques des “pièces muséales” ; 3) Appropriations et resocialisations autour des mémoires sociales, de l’agency des “choses” revenues, des transformations des significations et des créations contemporaines.

Le programme ReTours se propose ainsi de travailler selon les méthodes inspirées de l’anthropologie collaborative et de la recherche-action, qui impliquent une réflexivité attentive à la fois aux enjeux de pouvoirs et aux risques d’enclicage. Des ateliers intermédiaires associeront les acteurs du retour et de l’accueil (autorités traditionnelles, institutions culturelles, artistes, associations partenaires associés). En termes de résultats, ReTours croisera enquêtes de terrain, d’archives et numériques pour proposer des cartographies des mobilisations, des réseaux et des objets, des analyses comparées et multisituées, des biographies sociales d’objets, des analyses d’interventions artistiques. ReTours s’engage dans un ambitieux programme de conférences, de publications et de séminaires, propres ou co-conçus avec d’autres programmes de recherche internationaux. L’impact scientifique majeur attendu de ReTours est le changement du paradigme des recherches sur la circulation des collections et leurs appropriations : de nouvelles connaissances, mais aussi de nouvelles manières de faire de la recherche, avec des enquêtes collectives, réflexives et attentives aux effets d’asymétrie liées au statut, au genre et à l’origine. ReTours travaille avec un grand nombre de partenaires institutionnels, muséaux, culturels et artistiques associés au programme : expositions virtuelles, applications numériques, catalogues, outils pédagogiques, etc. En termes de retombées sociales et économiques, ReTours ambitionne de documenter les expériences menées dans chacun des pays, de fournir aux institutions en charge du retour des outils utiles à la prise de décision, mais aussi de donner à voir et à entendre les mémoires de groupes sociaux souvent ignorés, notamment les femmes, et participer ainsi à la reconnaissance de leurs savoirs propres. ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution des biens culturels.

English summary

In France and in Europe, a debate is currently raging around the restitution of African works of art. In this context, ReTurns, a comparative, diachronic and multi-scalar research program, seeks to shift the focus of inquiry: (1) from Europe and North America toward the African countries concerned; (2) from the topic of restitution toward the fact of return; (3) from museum-centered approaches to approaches centered on the role of diasporic communities and tourism; (4) from official patrimonial oversight to sites and to modes of discourse and transmission typically considered to be marginal, secondary or informal.

Structured around an international, multidisciplinary consortium of researchers working in and on four African countries – Benin, Cameroon, Mali, Senegal – as well as their diasporas, ReTurns is an innovative program in terms of its critical research goals, its methodological stance and the cultural collaborations it entails. International and multidisciplinary consortium of 15 researchers, ReTurns will work from Benin, Cameroon, Mali and Senegal and on their diasporas.

The objective is to understand the political stakes, the economic roles and the social uses of return. It is organized around three axes which are as many ways of designating objects: 1) Geopolitics of heritage, around mobilizations for or against the restitution of “works of art”, 2) Return economies and tourism imaginaries, concerning facilities and welcoming of “museum pieces”; 3) Appropriations and resocializations around social memories, the agency of returned “things”, transformations of meanings and contemporary creations. The ReTurns program thus proposes to work according to methods inspired by collaborative anthropology and research-action, which imply a reflexivity attentive to both the stakes of power and the risks of interlocking. Workshops will associate the actors of the return (traditional authorities, cultural institutions, artists, associated partner associations). In terms of results, ReTurns will combine field, archive and digital surveys to propose maps of mobilisations, networks and objects, comparative and multisite analyses, social biographies of objects, analyses of artistic interventions. ReTunrs is engaged in an ambitious programme of conferences, publications and seminars, on its own or co-designed with other international research programs. The major scientific impact expected from ReTurns is the change of the research paradigm on the circulation of works of art and their appropriation: new knowledge, but also new ways of doing research, with collective, reflexive and attentive enquiries into the effects of asymmetry linked to status, gender and origin. ReTunrs works on real cultural cooperation with a large number of institutional, museum, cultural and artistic partners : virtual exhibitions, digital applications, catalogues, educational tools, etc. In terms of social and economic spin-offs, ReTunrs s aims to document good practices in each of the countries, to provide the institutions in charge of the return with useful tools for decision-making, but also to show and hear the memories of often ignored social groups, especially women, and thus participate in the recognition of their own knowledge.

 

 



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2021, 3 février). ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution (PRC). RETOURS & RESTITUTIONS. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tohz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.