AAC: Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution – Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution/ REAF 2022, deadline 18 mars 2022

Appel à contribution ouvert : (in english below)

Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution

Saskia Cousin (Sophiapol), Anne Doquet (Imaf), Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma)

7ÈMES RENCONTRES DES ÉTUDES AFRICAINES EN FRANCE (TOULOUSE, 28 JUIN – 1ER JUILLET 2022)

https://reaf2022.sciencesconf.org/ (A17) DATE LIMITE : 18 mars 2022 (voir ci-dessous)

Dans son discours à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (nov. 2017), Emmanuel Macron appelle de ses vœux un mouvement de « restitutions temporaires ou définitives » du patrimoine africain. Qu’entendre par « restitutions temporaires » ? Comme le note le rapport Sarr-Savoy (2018), cette formulation est un oxymore qui suscite à la fois des tensions et des querelles d’interprétation. Elle participe pourtant à la nouvelle doxa des musées occidentaux, au renouvellement des coopérations Nord-Sud, à ce que l’Unesco appelle la « circulation des biens culturels et le patrimoine en partage » (juin 2018). De même, la montée en puissance de la notion de  “provenance” interroge. Les recherches en provenance sont en effet diversement considérées, soit comme un “moment nécessaire et salvateur” (Sarr-Savoy) d’accès aux violences coloniales des spoliations, soit comme asymétriques : majoritairement issues des musées occidentaux, écartant spécialistes et savoirs locaux, elles contribueraient à freiner les processus de restitution.

L’émergence de cette terminologie dans l’arène des restitutions pose ainsi des questions qui vont au-delà d’une simple approche sémantique : c’est également de positionnement et de volonté politique qu’il s’agit, de la part d’acteurs institutionnels, du marché de l’art, des communautés non-étatiques, du militantisme, mais aussi de la recherche. Comment nommer précisément les processus en cours ? Eviter “d’effacer” selon le propos de Chimamanda Adichie ? Comment penser les glissements sémantiques, les euphémisations, l’alternance de termes paravents ou frontaux, leurs usages dans les discours militants ou réactionnaires ? Qui parle ? Quels sont les discours alternatifs ? Ce panel voudrait revenir sur ces enjeux et politiques discursives en s’appuyant, entre-autres, sur les travaux menés dans le cadre de l’ANR ReTours https://retours.hypotheses.org.

Propositions à envoyer à  / Please send proposals to : 

  • annedoquet@yahoo.fr
  • saskiacousin@icloud.com 
  • galitzine.alexandra@gmail.com

avant le 18 mars 2022 / before march, 18th

*Chimananda Adichie – inauguration du Humbold Forum, 25 sept. 2021

CFP- 7TH MEETING OF AFRICAN STUDIES IN FRANCE (TOULOUSE, JUNE 28 – JULY 1, 2022)
https://reaf2022.sciencesconf.org/ (A17) DEADLINE: March 18, 2022 – please circulate

Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution

 

In his speech at the Joseph Ki-Zerbo University in Ouagadougou (Nov. 2017), Emmanuel Macron called for a movement of “temporary or definitive restitutions” of African heritage. What is meant by “temporary restitutions”? As the Sarr-Savoy report (2018) notes, this formulation is an oxymoron that gives rise to both tensions and disputes of interpretation. Yet it participates in the new doxa of Western museums, in the renewal of North-South cooperation, in what Unesco calls the “circulation of cultural goods and shared heritage” (June 2018). Similarly, the new notion of “provenance” raises questions. Provenance research is indeed variously considered, either as a “necessary and salving moment” (Sarr-Savoy) of access to the colonial violence of spoliations, or as asymmetrical. Mostly from Western museums, discarding specialists and local knowledge, they would contribute to slowing down the restitution processes.

The emergence of this terminology in the arena of restitution thus raises questions that go beyond a simple semantic approach – it is also a question of positioning and political will on the part of institutional actors, the art market, non-state communities, activism, and also research. How to name precisely the processes in progress? How to avoid “erasing”, as Chimamanda Adichie puts it? How to think about semantic shifts, euphemisms, the alternation of paravent or frontal terms, their uses in militant or reactionary discourses? Who is speaking ? What are the alternative discourses ? This panel would like to revisit these issues and discursive politics by drawing, among others, on the work carried out in the framework of the ANR ReTours

*Chimananda Adichie – inauguration of the Humbold Forum, Sept. 25, 2021

** Image du bandeau : oeuvre de Hervé Youmbi, exposition Retours, Nantes.



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2022, 1 mars). AAC: Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution – Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution/ REAF 2022, deadline 18 mars 2022. RETOURS & RESTITUTIONS. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toi8

Une réflexion sur « AAC: Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution – Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution/ REAF 2022, deadline 18 mars 2022 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.