Researches on Returns & Restitutions. Charter of Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé / Charte de Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

Researches on Returns & Restitutions

Charter of  Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

(en français ci-dessous / French version below) Pour signer, cliquer ici   / to sign, click here 

Liste des premiers signataires en fin de texte

  Preamble

After decades of mobilization of African communities, countries and diaspora, the restitution of African cultural property is finally effective with the return of 27 properties to Benin and Senegal. Researchers gathered in Benin from January 5 to 11, 2022, to participate in the symposium “Restitution and return of Beninese heritage”, we salute the role of the Republic of Benin in this now irreversible movement. As mobilizations intensify and numerous restitutions are announced, the role of research on these properties, in museums, and/or with communities will be profoundly reconfigured. Hosted at the International Festival of Porto-Novo (FIP), in the heart of a living and inspiring culture, we experimented with this reconfiguration through exchanges with more than thirty communicators and one hundred and fifty participants, including one hundred holders of traditional knowledge, artists and leaders of cultural institutions. Our work focused on the knowledge, memories and rituals associated with different cultural properties, but also on the traditional, contemporary or innovative modalities of their preservation, study and transmission. We have crossed methods and results of our research on things that have already returned, on those that have not left their communities, and on those currently preserved in Western museums. We were struck by the strong synergy of the expressions of the traditional communities, the actors of restitution, the artists and the researchers. The capital city with three toponyms – Porto-Novo, Xogbonu, Ajasè – is the ideal city to affirm the need to examine in our research the plurality of points of view, fields of investigation and languages, without being satisfied with colonial denominations, archives and languages. The research programs we are conducting in Benin, Burkina Faso, Cameroon, Ivory Coast, France, Mali, Nigeria, and Senegal share common ethical, theoretical, and methodological issues. Together, we call for a renewal of scientific practices in research on restitution and return. This charter aims to share our commitment to the foundation of a multidisciplinary research field of restitution studies. Restitution studies may focus on : repatriated property, exiled property, and property that never left; the communities that created them, the knowledge and rituals associated with them, the museums, temples, and communities that house or housed them; the artists who create or recreate them; diaspora actions ; the rules, laws, norms and conventions relating to illicit or illegitimate trafficking and property transfers; the history of colonial, missionary and scientific collections and spoliations; the markets for so-called 6 African art and the creative industries concerned (tourism, series, comics, digital applications); (post)colonial museologies, mediation, cultural policies and audiences in both the North and the South; diplomatic issues; the devices and narratives generated by (requests for) restitutions. This charter is supported by researchers, and commits their research. It is also addressed to all those who collaborate, interact, and rely on the work: communities holding knowledge, cultural institutions, tourism operators, artists, economic and political worlds.

The objective of this charter is threefold:

  1.  To constitute a multidisciplinary field of study bringing together all research on the restitution and return of cultural property.
  2. To structure an international and multidisciplinary research network
  3. To engage in the methods and ethics of participatory and inclusive research by recognizing the situated, plural and equal value of the epistemologies involved.

I) Independence and plurality of research

1) Multiply sources and investigations. Researchers in all countries must be able to access the sources and resources necessary for their investigations, especially in the countries of the North: exhibits, reserves, archives, digital inventories, files of works, but also oral sources, native communities, , etc. In the North as well as in the South, research carried out with communities, families or collectors must be encouraged, including financially, in the same way as research carried out in museums .

2) Conduct independent, autonomous and reflective research. Researchers must be able to conduct and publish their work in a serene and independent manner. The epistemologies, methods and hypotheses of each discipline must be respected. Research conducted by or for cultural, economic or political institutions implies taking into account power issues and the risks of entrapment at all stages of the research.

3) Separate the time of research from the time of restitution. Research cannot be subordinated to the political, legal or institutional timeframe of restitution. Neither the absence of a study, nor, on the contrary, the existence of ongoing investigations, can be used as an argument to prevent or slow down the restitution processes . Conversely, the implementation of a restitution process cannot justify stopping research.

II) Participatory and inclusive methods 

4) Involve institutions, communities, families, and artists in the selection of research topics and objects. Working towards the understanding, comprehension, or resocialization of cultural goods requires the identification and prioritization of research objects and topics. All research work must be discussed both within and outside of scientific arenas, with respect for all stakeholders.

5) Recognize and give their full place to the holders of traditional knowledge and memories, as well as to creators. Co-produce the knowledge and know-how by including the points of view of the original communities, traditional and cultural authorities, cultural institutions, craftsmen, artists. The people who participated in the surveys must be recognized and named, if they wish.

6) Develop research on matrimonies. To pay attention to memories and minority voices, in particular those of women and communities or groups marginalized by official narratives. To participate in the recognition and valorization of their own knowledge.

III) Ethics of transmission

7) Restore the work by ensuring free and easy access to knowledge. The sharing of knowledge must be done between researchers and with all the parties concerned, by the most appropriate means for the audiences concerned: digital tools for dissemination, duplicate archives and photos, copies of articles, distribution of books, public conferences, in situ presentations in the communities concerned, etc.

8) Consider museums and traditional conservation spaces as complementary, legitimate and not exclusive. To participate in facilitating access and the voice of the communities concerned in the museums. To work with the communities that hold the memories and knowledge that wish to welcome the public so that they know the stakes, risks and interests of these welcomes.

9) To know the audiences, to promote cultural mediation and creative industries in the countries of return. Promote cultural programs that are concerned with youth and audiences far from culture. To study the possibilities and modalities of integrating African arts, heritage and matrimony in the creative industries (arts, design, tourism, cinema and series, festivals, NFT). Inform communities on how they can protect their heritage – including legally – even when they do not wish to exhibit or enhance it.

 First signatories and form to sign, here
The list of first signatories is at the bottom of the page

———-

Retours & Restitutions

Charte de Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

Préambule

Après des décennies de mobilisations des communautés, des pays et des diaspora africaines, la restitution des biens culturels africains est enfin effective avec le retour des 27 biens au Bénin et au Sénégal. Chercheuses et chercheurs réunis au Bénin du 5 au 11 janvier 2022, pour participer au colloque « Restitution et retours du patrimoine Béninois », nous saluons le rôle de la république du Bénin dans ce mouvement désormais irréversible. Alors que les mobilisations s’intensifient et que de nombreuses restitutions sont annoncées, le rôle de la recherche sur ces biens, dans les musées, et/ou avec les communautés va être profondément reconfiguré. Accueillis dans le cadre du Festival international de Porto-Novo (FIP), au cœur d’une culture vivante et inspirante, nous avons expérimenté cette reconfiguration au fil d’échanges avec plus de trente communicants et cent-cinquante participants, dont une centaine de détenteurs et détentrices de savoirs traditionnels, des artistes et des responsables d’institutions culturelles. Nos travaux ont porté sur les savoirs, les mémoires et les rites associés à différents biens culturels, mais aussi sur les modalités traditionnelles, contemporaines ou innovantes de leur préservation, leur étude et leur transmission. Nous avons croisé les méthodes et les résultats de nos recherches sur les biens déjà de retour, sur ceux qui n’ont pas quitté leurs communautés et sur ceux actuellement conservés dans les musées occidentaux. Nous avons été frappés par la forte synergie des expressions des communautés traditionnelles, des acteurs de la restitution, des artistes et des chercheurs. La Capitale aux trois toponymes – Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé – est la ville idéale pour affirmer la nécessité d’examiner dans nos recherches la pluralité des points de vue, des terrains d’enquêtes et des langues, sans nous contenter des dénominations, archives et langues coloniales. Les programmes de recherche que nous menons au Bénin, Burkina-Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, France, Mali, Nigeria, Sénégal présentent des questionnements éthiques, théoriques et méthodologiques communs. Ensemble, nous appelons à un renouvellement des pratiques scientifiques dans les recherches sur les restitutions et les retours. Cette charte vise à partager notre engagement pour la fondation d’un champ de recherche pluridisciplinaire des études en restitution. Les études en restitution peuvent porter sur : les biens rapatriés, les biens exilés et les biens qui ne sont jamais partis ; les communautés qui les ont créés, les savoirs et rites qui leur sont associés, les musées, les temples et les collectivités qui les abritent ou les abritaient ; les artistes qui les créent ou les recréent ; les actions des diaspora ; les règles, lois, normes et conventions relatives aux trafics et aux transferts de propriétés ; l’histoire des collections et des spoliations coloniales, religieuses et scientifiques ; les marchés de l’art dit africain et les industries créatives concernées (tourisme, séries, BD, applications numériques…) ; les muséologies (post)coloniales, les médiations, les politiques culturelles et les publics des pays du Nord comme du Sud ; les enjeux diplomatiques ; les dispositifs et les narratifs suscités par les (demandes de) restitutions. Cette charte est portée par des chercheuses et des chercheurs, et engage leurs recherches. Elle s’adresse également à toutes celles et ceux qui collaborent, interagissent, s’appuient sur les travaux : communautés détentrices des savoirs, institutions culturelles, opérateurs touristiques, artistes, mondes économiques et politiques.

L’objectif de cette charte est triple :

  1.  Constituer un champ d’études pluridisciplinaire rassemblant l’ensemble des recherches sur les restitutions et les retours de biens culturels.
  2. Structurer un réseau de recherche international et pluridisciplinaire
  3. S’engager dans les méthodes et les éthiques de la recherche participative et inclusive en reconnaissant le caractère situé, pluriel et d’égale valeur des épistémologies en présence. Nous invitons nos collègues à nous rejoindre.

I) Indépendance et pluralité de la recherche

1) Multiplier les sources et les enquêtes. Les chercheuses et chercheurs de tous les pays doivent pouvoir accéder aux sources et ressources nécessaires à leurs enquêtes, notamment dans les pays du Nord : biens exposés, réserves, archives inventaires numériques, dossiers d’œuvres, mais aussi sources orales, communautés originaires, publics, etc. Au Nord comme au Sud, les recherches menées auprès des communautés, des familles ou des collectionneurs doivent être encouragées, y compris financièrement, au même titre que celles menées dans les musées.

2) Mener des recherches indépendantes, autonomes et réflexives. Les chercheuses et chercheurs doivent pouvoir mener et publier leurs travaux de manière sereine et indépendante. Les épistémologies, méthodes et hypothèses de chaque discipline doivent être respectées. Les recherches menées par ou pour des institutions culturelles, économiques ou politiques impliquent de prendre en compte les enjeux de pouvoir, et les risques d’encliquage à toutes les étapes de la recherche.

3) Séparer les temps de la recherche de celui de la restitution. La recherche ne saurait être inféodée aux temps politiques, juridiques ou institutionnels des restitutions. Ni l’absence d’étude, ni, au contraire, l’existence d’enquêtes en cours, ne peuvent servir d’argument pour empêcher ou freiner les processus de restitution. Inversement, la mise en œuvre d’un processus de restitution ne peut justifier l’arrêt d’une recherche.

II) Méthodes participative et inclusives

4) Impliquer les institutions, les communautés, les diasporas, les familles et les artistes dans le choix des sujets et objets de recherche. Travailler à l’appréhension, la compréhension, ou la resocialisation des biens culturels nécessite l’identification et la hiérarchisation concertée des objets et des sujets de recherche. Tout travail de recherche doit pouvoir être discuté dans et hors des arènes scientifiques, dans le respect de toutes les parties prenantes.

5) Reconnaître et donner toute leur place aux détenteurs et détentrices de mémoires et de savoirs traditionnels, ainsi qu’aux créateurs. Coproduire les savoirs et savoir-faire en incluant des points de vue des communautés originaires, autorités traditionnelles et cultuelles, institutions culturelles, artisans, artistes. Les personnes qui ont participé aux enquêtes doivent être reconnues et nommées, si elles le souhaitent.

6) Développer la recherche sur les matrimoines. Porter attention aux mémoires et aux voix minorées, en particulier celles des femmes et des communautés ou groupes marginalisés par les récits officiels. Participer ainsi à la reconnaissance et la valorisation de leurs savoirs propres.

III) Éthiques de la transmission

7) Restituer les travaux en veillant à un accès libre et aisé des connaissances. Le partage des savoirs doit se faire entre chercheurs et avec l’ensemble des parties concernées, par les moyens les plus adéquats pour les publics concernés : outils numériques de diffusion, duplicata d’archives et de photos, copie d’articles, distributions d’ouvrages, conférences publiques, présentations in situ dans les communautés concernées.

8) Considérer les musées et les espaces de conservation traditionnelle comme complémentaires, légitimes et non exclusifs. Participer à faciliter l’accès et la parole des communautés concernées dans les musées. Travailler avec les communautés détentrices des mémoires et savoirs qui souhaitent accueillir des publics afin qu’elles connaissent les enjeux, risques et intérêts de ces accueils.

9) Connaître les publics, promouvoir la médiation culturelle et les industries créatives dans les pays du retour. Promouvoir les programmes culturels soucieux de la jeunesse et des publics éloignés de la culture. Étudier les possibilités et modalités d’intégration des arts, patrimoines et matrimoines africains dans les industries créatives (arts, design, tourisme, cinéma et séries, festivals, NFT). Informer les communautés sur la manière dont elles peuvent protéger leurs patrimoines – notamment juridiquement – y compris quand elles ne souhaitent pas les exposer ou les valoriser.

Premiers signataires /  First signers.

Pour signer, cliquer ici   / to sign, click here 

  • Joseph Adande (histoire de l’art, Université d’Abomey-Calavi, Bénin)
  • Opêoluwa Blandine Agbaka (histoire de l’art, INMAACUniversité d’Abomey-Calavi, Bénin)
  • Paul Akogni (histoire, Université d’Abomey-Calavi, Bénin)
  • Claire Bosc-Tiessé (histoire de l’art, CNRS, INHA, France)
  • Saskia Cousin (sociologie, SOPHIAPOL, Université de Paris Nanterre, France)
  • Anne Doquet (anthropologie, IRD, Imaf, France)
  • Godfrey Ekahthor (histoire, Benin City, Nigeria)
  • Alexandra Galitzine Loumpet (anthropologie, CESSMA Université de Paris-Cité, France)
  • Didier Houénoudè (histoire de l’art, INMAAC-Université d’Abomey-Calavi, Bénin)
  • Aka Kouamé (histoire, Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Côte d’Ivoire)
  • Bienvenu Koudjo (arts de la scène, Université d’Abomey-Calavi, Bénin)
  • Silvie Memel Kassi (patrimoine et arts, Université Alassane Ouattara de Bouaké, Côte d’Ivoire)
  • Christine Mengin (histoire, Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, France)
  • El Hadj Malick Ndiaye (histoire de l’art, Université Cheikh Anta Diop, Sénégal)
  • Vincent Negri (droit, CNRS, ISP, Ecole normale supérieure Paris-Saclay, France)
  • Nora Philippe (cinéma, Eurodoc, France)
  • Bénédicte Savoy (Université technique de Berlin)
  • Richard Sogan (histoire de l’art, ANPT, Bénin)
  • Sara Tassi (architecture et urbanisme, Université Libre de Bruxelles, Belgique)
  • Hélène Timpoko Kienon-Laboré (archéologie et histoire, Université Houphouët-Boigny, Côte d’Ivoire).
  • Arthur Vido (histoire, Université d’Abomey-Calavi, Bénin)
  • Germain Loumpet (anthropologie, muséologie, programme Nouveaux Commanditaires, Cameroun)
  • Anna Seiderer (arts & anthropologie, Université Paris 8/Vincennes)
  • Pascal Ndjock Nyobe (Historien, Département d’Histoire, Université de Douala)
  • Monica Heintz (anthropologie, LESC, Université Paris Nanterre, France
  • Alice Hertzog (anthropologie, ETH Zürich, Suisse) 
  • Julie Cayla (ethnologie, CNRS, CAK, France)
  • Degenhart Brown (culture et performance, Université de Californie à Los Angeles, États-Unis)
  • Sarah Lakhal, (histoire de l’art, Sorbonne Université, France)
  • Elise Billiard Pisani ( arts et anthropologie, Université de Malte).
  • Farah Clémentine Dramani-Issifou, (art visuel et cinéma, Paris-Dakar, France-Sénégal)
  • Albert Gouaffo (Études germaniques, Recherche de provenance germano-camerounaise, Université de Dschang, Cameroun)
  • Magali Dufau (anthropologie, LISST-CAS, Université Toulouse – Jean Jaurès, France) 
  • .Lucie Mbogni Nankeng (Histoire, Université de Dschang -Cameroun)
  • Hugues Heumen Tchana  (Muséologue, Université de Maroua, Directeur du Musée National Cameroun)

Pour signer, cliquer ici   / to sign, click here 

 



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2022, 16 avril). Researches on Returns & Restitutions. Charter of Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé / Charte de Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé. RETOURS & RESTITUTIONS. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toi9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.