Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023

Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution

Colloque international. 22-27 mai 2023,

Musée National – Goethe Institut Kamerun – CIPCA – Institut Français du Cameroun – Bandjoun Station 

organisé par le PRC ReTours en collaboration avec : 

 Free admission – Accès libre

Programme à télécharger :  ProgrammeAteliers_définitif

PRESENTATION

(english version below)

Image : Archive © Defap-Service protestant de mission, Paris

 L’histoire des demandes de restitutions commence à être bien connue : aussi ancienne que les spoliations d’objets par les puissances coloniales, elle s’écrit depuis lors à l’échelle africaine au travers des mobilisations des institutions, des communautés et des diasporas, de chercheurs et d’artistes ; de l’appel solennel d’Amadou Maktar M’Bow directeur de l’Unesco, « Pour le  retour, à ceux qui l’ont créé, d’un patrimoine culturel irremplaçable » (1978),  aux débats et manifestes des festivals panafricains de Dakar 66 et d’Alger 69 et en filigrane des conventions internationales sur le trafic illicite des biens culturels (Unesco 1970 et 1972, Unidroit 1995). Une nouvelle étape s’amorce récemment avec le discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou (nov. 2017), ouverture bientôt reprise par d’autres pays européens.  A la suite du rapport Sarr-Savoy (novembre 2018), sept pays d’Afrique, dont le Bénin, le Mali et le Sénégal, demandent officiellement au gouvernement français la restitution d’une partie ou de l’ensemble de leurs biens culturels. Une première restitution par la France de 26 œuvres à lieu vers le Bénin en novembre 2021, vers le Sénégal également. D’autres sont en cours depuis l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, la France vers la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la République démocratique du Congo, après l’Éthiopie et Madagascar, à chaque fois selon des modalités différentes. Le processus enclenché paraît irréversible, mais les questionnements demeurent, de part et d’autre, entre émotions et polémiques, politiques du patrimoine, violences coloniales et postcoloniales et approches mémorielles, mises en exposition ou en tourisme, usages et propriétés des biens, formes de savoirs, œuvres concernées et devenirs de celles-ci.

Dans ce cadre général, le Cameroun occupe une place particulière, tant par la richesse des quelques 250 communautés qui le composent, que par son histoire. Protectorat allemand entre 1894 et 1916 puis territoire sous mandat de la Société des Nations et des Nations-Unies attribué à la France et au Royaume-Uni, le Cameroun fut aussi, après son indépendance le 1er janvier 1960, le premier pays d’Afrique où une restitution eu lieu (déc. 1973). Différent du contexte actuel qui porte principalement sur la période coloniale et les collections de musées, le retour d’Afo-A-Kom (“la chose des Kom”) fut cependant exemplaire d’une collaboration internationale, incluant divers acteurs.   

Les premiers ateliers du Cameroun proposent justement d’aborder la restitution par le prisme du retour, c’est-à-dire d’opérer un décentrement : des pays de détention des biens vers les pays et communautés d’origine ; des avis occidentaux aux opinions africaines ; des « œuvres » exposées dans les musées européens aux resocialisations des « choses » revenues, rechargées de multiples sens ; de la matérialité des objets aux images d’archives et aux créations contemporaines. Comment le retour désormais possible des objets est-il perçu ? Quels imaginaires et attentes réveille-t-il ? Quelles seraient les valeurs des choses revenues ? Penser les biens actuellement demandés, les objets encore là-bas, les choses toujours ici, engage à croiser les points de vue et à ouvrir des espaces de débat, dans et hors des arènes scientifiques, dans le respect de toutes les parties prenantes*. Pour se faire, les rencontres participatives initiées par le programme collaboratif ReTours – Géopolitiques du patrimoine, économies du retour, imaginaires de la restitution, en partenariat avec différentes structures institutionnelles, associatives et traditionnelles, alternerons ateliers participatifs sous forme de conversations entre les intervenants et l’assistance, à Yaoundé comme dans l’Ouest Cameroun. Elles seront associées à des projections, performances et exposition.

The history of requests for restitution is becoming well known: As old as the spoliations of objects by the colonial powers, it has since been written on an African scale through the mobilisation of institutions, communities and diasporas, researchers and artists, from the solemn appeal of Amadou Maktar M’Bow, director of Unesco, “For the return of an irreplaceable cultural heritage to those who created it” (1978), to the debates and manifestos of the Pan-African festivals of Dakar 66 and Algiers 69, and the international conventions on the illicit traffic of cultural property (Unesco 1970 and 1972, Unidroit 1995). A new stage began recently with Emmanuel Macron’s speech at Ouagadougou (Nov. 2017), an opening soon to be taken up by other European countries. Following the Sarr-Savoy report (November 2018), seven African countries, including Benin, Mali and Senegal, are officially requesting the French government to return some or all of their cultural property.  A first restitution by France of 26 works take place to Benin in November 2021, and to Senegal as well. Others, imminent, are underway from Germany, Belgium, the United Kingdom and France to Côte d’Ivoire, Nigeria and the Democratic Republic of Congo, after Ethiopia and Madagascar, each time according to different modalities. The process seems irreversible, but questions remain, on both sides, between emotions and polemics, heritage policies, colonial and post-colonial violence and memorial approaches, exhibition or tourism scenes, uses and properties of things, forms of knowledge, works of art concerned and their fates.

In this general framework, Cameroon occupies a special place, both because of the richness of its 250 or so communities and its history. A German protectorate between 1894 and 1916, then a territory under a League of Nations and United Nations mandate assigned to France and the United Kingdom, Cameroon was also, shortly after its independence on 1 January 1960, the first African country where restitution took place (Dec. 1973). Different from the current context, which focuses on the colonial period and museum collections, the return of Afo-A-Kom (“the Kom thing”) was nevertheless exemplary of an international collaboration, including various actors.  

This workshops in Cameroon propose to approach restitution through the prism of returns, i.e. to decentralize: from the countries where the objects were held to the countries and communities of origin; from Western viewpoints to African opinions; from the “works” exhibited in European museums to the resocialization of the returned “things”, recharged with multiple meanings; from the materiality of the objects to archival images and to contemporary creations. How is the possible return of objects perceived? What imaginations and expectations does it awaken? What would be the values of the returned things?  Thinking about the goods that are currently in demand, the things that are still there, involves crossing points of view and opening up spaces for debate, both inside and outside scientific arenas, while respecting all stakeholders*. To this end, the participatory meetings initiated by the collaborative research programme ReTurns (ReTours) – Geopolitics of Heritage, Economies of Return, Imaginaries of Restitution, in partnership with various institutional, associative and traditional structures, will alternate themes, inclusive participatory workshops in Yaoundé as well as in West Cameroon. They will be associated with projections, performances and exhibitions.

* Charter of Porto-Novo, Xogbonu, Ájáshé on returns and restitutions 

PROGRAMME

Entrée libre / Free admission

Les ateliers sont conçus pour être participatifs et inclusifs, non exclusivement académiques. Ils s’articulent autour d’objets-témoins patrimoniaux documentés par des archives et de conversations pour ouvrir à un large débat avec une assistance informée et intéressée. The workshops are designed to be participatory and inclusive, borrowing from non-exclusive academic forms. They are based on heritage objects documented by archives to open a broad debate with an informed and interested audience.

9 mai 2023 :  Journée de l’Europe, stand dédié – Palais des Congrès, Yaoundé

17 mai 2023 Conférence de presse,  Délégation de l’Union Européenne au Cameroun  (1068, rue Onambélé Nkou, Nlonkak, Yaoundé) – 15h30-17h00

18-19 mai 2023. Résidence performanceChristian Etongo (Multikulti Project Association) à Akak 1

Lundi 22 mai – Musée National / National Museum

9h– Ouverture par le Ministre Arts et Culture / Opening by the Minister of Arts and Culture

Présentation du cadre des ateliers ReTours & remerciements / Presentation of ReTours workshops & acknowledgements- Pascal Njock Nyobe (Cerdym, Université de Douala) & Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma, Sophiapol, U. de Nanterre)

10h-12h. Workshop 1 – Restituer, rapatrier, réparer ?  Restitution, repatriation, reparation?   

Coordination : Hugues Heumen Tchana (Musée National) & Didier Houénoudé (Université d’Abomey Calavi, ReTours)

The Thing : Gou d’Akati Ekplékendo (Bénin)

Comment nommer, depuis les pays africains, les formes de retours d’œuvres et d’objets ? Quels sont les effets de ces « rapatriements » en termes de réparation symbolique ou tangible, les attentes et besoins ?  – How to name the forms of return of works and objects? What are the effects of these “repatriations” in terms of symbolic or tangible reparation expectations and requirements ?

Conversation avec/with :  Lassana Cissé (Président ICOMOS Mali, Expert, ReTours), Marilyn Douala Bell (Doual’art), Bergeline Domou (Human Rigths activist, tourism & management), Cécile Dolissane Ebosse (Université de Yaoundé I), Vincent Négri (ENS, Université Paris-Saclay)

 Déjeuner / Visite du Musée National et de l’exposition Memoria

14h-16h. Workshop 2 – Qui parle, qui agit? / Who speaks, who acts?

Coordination : Pascal Ndjock Nyobe (Cerdym – U. de Douala, ReTours) & Parfait Akana (U. de Yaoundé II / The Muntu Institute)

The Thing: Manuscrit autobiographique d’Omar Ibn Saïd, 1831 (Sénégal-USA)

Qui sont les différents acteurs des retours d’objets spoliés et leurs modes d’action ? Comment collaborent-ils  – ou pas ? / Who are the different actors in the return of looted objects and how do they act? How do they collaborate – or not ?

Conversation avec/with  : Jean-François Channon Denwo (Le Messager), S.M. Essombey Ndambwe Ness  (roi des Sodiko), Hugues Heuman Tchana (Musée National), Bernard Njoume (Association CACRORCIC), Sylvain Mboum (King Mayesse Foundation), Sylvie Njobati (Sysy’s house of Fame), Nanette Snoep (Rautenstrauch-Joest Museum),  – et avec l’assistance.

17h. About (Projections / Screenings)  – Musée National

Coordination :  Bergeline Domou (Human Rigths activist, tourism & management), Germain Loumpet (ReTours)

  • Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs-d’œuvre, documentaire de Nora Philippe 2021 (Coproduction ARTE France, Cinétévé, avec la participation de TV5 Monde, 2021, 1h22mn)
  • The Twists of Returns. Ngonso, court métrage de Sylvie Njobati, 2018

Mardi 23 mai – Goethe Institut (Bastos, Yaoundé)

9h – Accueil par le Goethe Institut

9h30-12h30. Workshop 3 – La vie des choses / The social life of things

Coordination : Saskia Cousin (Sophiapol, U. de Nanterre, ReTours) & Joseph Owona Ntsama (FPAE)

The Thing  :  Trônes Bamoun / Bamun Thrônes  (Cameroun)

Biographies des choses, de leurs usages dans les contextes d’origine aux collections de musées / Biography of things, from their use in their original contexts to museum collections

Conversation avec/with : Levi Betsogo (opératrice culturelle), Youssouf Karembe (INJS Bamako, ReTours), Felicity Bodenstein (Sorbonne Université, Digital Benin), Daniel Mbevo (Président de l’association des guides touristiques), David Simo (Université de Yaoundé I), Gamaliel Njoya (Musée de Batoufam), Jean-Marie Teno (Producteur/Réalisateur, Patrimoines-heritage),  puis groupes de réflexion avec l’assistance.

Déjeuner

13h30-15h30. Workshop 4 : Le pouvoir des choses / The Power of Things

Coordination : Mamarame Seck (Dir. Musée Historique de Gorée, IFAN et Université Cheikh Anta Diop, ReTours) & Viviane Maghela (Independent Art Curator)

The Thing : Statuettes de Neni (Dogon, Mali)

Les choses, objets, œuvres sont-ils « puissants » ? Que devient cette puissance dans les musées et collections européennes ? / Do things, objects, works of art have power ? What happens to this power in European museums and collections?

Conversation avec/with : Victor Bayena Ngitir (Institut des Beaux-Arts, U. de Douala), Osaisonor Godfrey Ekhator Obogie (University of Benin City, Digital Benin), Sandra Ferraccutti (Sharing Heritage: the Cameroon Project), Thérèse Fouda (Musée des peuples de la forêt), Nerice Kikwi (Global Tourism Agency), Germain Loumpet (ReTours), S.M. Ndofoa Zofoa III de Babungo, Zora Snake (Chorégraphe, performeur) – et avec l’assistance

16h30.  Performance-création de Christian Etongo (Multikulti Project Association) avec/with Bella Paule Désir, Romuald Dikoume, Djuidje Simeone, Ebong Nyakeya Reine Larissa, Eméyekété Oloko Paul Sylvestre, Gnyndon Lydie Danielle, Kiyuy Sandra, Lonkeng Gustave, Ndji Essono David Serge, Panga Tchantchou Sandrine, Wamba Ronel Saplot.

17h30. Workshop 5 – (Re) Créations, art & agency / (Re) Creations, art & agency – CIPCA (Omnisport)

Coordination : Fabiola Ecot (Centre international pour le patrimoine culturel et artistique – CIPCA) & Julie Peghini (Université Paris 8, Artec, ReTours)

Conversation avec/withSilvia Forni (Fowler Museum – UCLA), Narcisse Tchandeu (Université de Yaoundé I) et les artistes de l’exposition Retours- L’Art face aux restitutions.

19h. Vernissage de l’exposition Retours – L’Art face aux restitutions. CIPCA 23 mai -30 juin 2023 – Ruth Belinga, Jean-Michel Dissake Dissake, Justine Gaga, Kouam Tawa, Salifou Lindou, Alioum Moussa, Landry Nguetsa, Joseph-Françis Sumégné, Barthélémy Toguo, Hervé Yamguen – Commissariat : Fabiola Ecot, conseil scientifique : Alexandra Galitzine-Loumpet

Mercredi 24 mai – Institut Français (Yaoundé)

 9h-11h . Workshop 6  : Et maintenant ? / And Now ?

Coordination : Hélène Quashie (IFAN, Dakar / ReTours) & Parfait Tabapsi (Mosaïques)

The Thing : Statuette anthropomorphe Sao (Musée d’Angoulême, fonds Gauthier)

Programmes de recherche internationaux en cours / Current international research programmes.

Conversation avec/with Claire Bosc-Tiessé (Le monde en musée – INHA), Felicity Bodestein (Digital Benin), Fabiola Ecot (CIPCA), Barbara Morovich et Cyrielle Maingraud-Martinaud (IFRA Nigeria), Lucie Mbogni (Reconnecting, Université de Dschang), Emilie Salaberry (Musée d’Angoulême) – et avec l’assistance

11h-12h30. Débats conclusifs & recommandations / Conclusive discussions & recommendations

Coordination :  Elieth Éyebiyi (Lasdel & Cessma, ReTours) & Jean-Baptiste Nzogue (Université de Douala)

Résumés des ateliers, Présentation de la charte de Porto-Novo / Résolutions & préconisations des ateliers de Yaoundé / Concluding debate of the Yaoundé workshops – Presentation of the Porto-Novo charter

14H30 – Conférence / lecture.  Protéger, restituer, partager : penser le patrimoine culturel à partir des droits africainspar Vincent Négri (Chercheur à l’ISSP, Graduate School ‘Humanités-Sciences du Patrimoine’ Université Paris-Saclay &  Université internationale L.S. Senghor, Alexandrie, expert Unesco et organisations internationales)

17h. After. Le Comptoir des arts

Fin des Ateliers à Yaoundé – suite dans l’ouest Cameroun

Jeudi 25 mai – Bandjoun Station   

14h30. Workshop 7 –  Art, archives coloniales et politiques de retour / Art, colonial archives and the politics of return. Tribute to Dominique Malaquais I

Coordination : Sara Tassi (Université Libre de Bruxelles & Paris-Lumières, ReTours) & Justine Gaga (artiste)

The Thing : Photographie archive  Broussous, Defap/SPM (1956-59)

Politiques de retours : archives missionnaires et coloniales.  Photographs from the Daniel Broussous fund in collaboration with Defap / Service Protestant de Mission, Paris. Tribute to Dominique Malaquais I

Avec/with :  Parfait Akana, Bergeline Domou, Anne Doquet, S.M. Essombey Ndambwe Ness, Julie Peghini, Viviane Maghela, Hervé Yamguen, Louise Manegou, Stéphane Papopouayre, Jean-Marie Teno, Barthélemy Toguo et participants. 

Vendredi 26 mai – Bandjoun Station & Royaume de Bandjoun

9h – Workshop 8 : Retours : archives et création / Returns : archives and creation – Tribute to Dominique Malaquais II

Coordination : Anne Doquet (IMAF, ReTours) & Hervé Yamguen (artiste)

The Thing :  Archive de/of Dominique Malaquais – Bandjoun research (1992-1998)

Avec/with : Elisabeth Deberdt-Malaquais, Silvia Forni, Justine Gaga, Victor Loko Kouankam, Alioum Moussa, Bart Christopher Legum, Julie Peghini, Barthélémy Toguo, artistes, collègues et amis de Dominique Malaquais

Fin des ateliers / End of the workshops  

14h -Royaume de Bandjoun  / Bandjoun Kingdom

Organisation : Ma Moudjè Djuigui Nya Thérèse Solange, Souop Kactio Toguem Michel (Bandjoun)

Remise officielle des archives de Dominique Malaquais à Sa Majesté Dr Djomo Kamga, roi de Bandjoun.

Samedi 27 mai- Mvuh Bandjoun

8h : Funérailles de Dominique Malaquais au domicile de Saafotso Tapchom Tayou, chef de 3e degré, Mvuh Bandjoun, arrondissement Djemben, et en présence de sa famille et ses ami.e.s.

 

Comité d’organisation / Organising Committee : Saskia Cousin (Sophiapol, Université de Nanterre, ReTours), Anne Doquet (IMAF, IRD, ReTours), Fabiola Ecot (CIPCA), Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma, Sophiapol, ReTours), Hugues Heumen Tchana (Musée National, Yaoundé), Germain Loumpet (Nouveaux commanditaires Cameroun, ReTours), Pascal Ndjock Nyobé (Cerdym, Université de Douala, ReTours), Julie Peghini (Université de Paris 8, ReTours)

Comité scientifique / Scientific Committee : Felicity Bodenstein (Sorbonne Université),  Claire Bosc-Tiessé (INHA, EHESS),  Saskia Cousin (Sophiapol, Université de Nanterre, ReTours), Anne Doquet (IMAF, IRD, ReTours), Lassana Cissé (Président ICOMOS Mali, Expert, ReTours), Fabiola Ecot (CIPCA Yaoundé), Elieth Éyébiyi (Lasdel & Cessma, ReTours), Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma, Sophiapol, ReTours), Sandra Ferracuti (Università della Basilicata, ReTours),  Hugues Heumen Tchana (Musée National, Yaoundé),  Didier Houénoudé (Université d’Abomey-Calavi, Bénin, ReTours), Youssouf Karembe (INJS de Bamako, Mali ReTours), Hélène Quashie (Ifan, ReTours, ReTours), Christine Leduc-Ngueye (agence Picturales, ReTours), Germain Loumpet (Nouveaux commanditaires Cameroun, ReTours), Pascal Ndjock Nyobé (Cerdym, Université de Douala, ReTours), Julie Peghini (Université de Paris 8, ReTours), Abdourahmane Seck (Université Gaston Berger de Saint-Louis, Sénégal), Mamarame Seck (IFAN et Université Cheikh Anta Diop, Sénégal, ReTours),  Sara Tassi (Université libre de Bruxelles, ReTours),  Amandine Yéhouêtomè (Université de Paris-Cité, ReTours).

 

 

 

 

 

 



Citer ce billet
Alexandra Galitzine-Loumpet (2023, 30 avril). Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023. RETOURS & RESTITUTIONS. Consulté le 26 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/toie

3 réflexions sur « Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.