Archives de catégorie : actualités

Retours, restitutions – Performer les collections coloniales. Festival Dialogues Afriques, 22-23 mars 2024, Cité Internationale Universitaire

RETOURS, RESTITUTIONS –  PERFORMER LES COLLECTIONS COLONIALES

FESTIVAL DIALOGUES AFRIQUES

Séminaires, projection, performance 

22-23 mars 2024, Maison Heinrich Heine -Fondation de l’Allemagne et Fondation Lucien Paye, Cité internationale Universitaire, Paris (plan d’accès ci-dessous)

Entrée libre avec inscription aux différentes manifestations. Liens zoom ci-dessous 

Dans le cadre du festival Dialogues Afriques, en partenariat avec le programme collaboratif international ReTours, Africapitales / Lavoir moderne Parisien, le Cemti (Université Paris 8) et le Sophiapol (Université de Nanterre).

 Elaboré par Julie Peghini (CEMTI-Université de Paris 8, Fondation Lucien Paye, ReTours), Franziska Humphreys (Maison Heinrich Heine, Fondation de l’Allemagne) et Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma & Sophiapol, ReTours)

Argumentaire

Le temps des restitutions, depuis 2017, a ouvert la porte à de nombreuses controverses et initiatives, tout autant qu’à de nouvelles perspectives épistémologiques et politiques du retour. Ce retour est à prendre au pluriel : retours vers l’histoire coloniale et ses spoliations ; retours vers la notion de patrimoine et de musée ethnographique ou d’arts non-occidentaux ; retours surtout, vers la voix et la place des concerné.e.s, dans les Afriques comme dans les diasporas ; retours enfin, vers les performances et créations qui questionnent les déliaisons et réagencements sociaux possibles des choses spoliées et des sociétés contemporaines. La part de la création y paraît ainsi centrale, de nombreux.ses artistes et performeurs portant la voix des sans voix, interrogeant la violence des spoliations coloniales et les devenirs des retours. En reliant les pratiques académiques, curatoriales, muséales et les performances des Afriques comme des Europes, entre frictions et alliances, ces manifestations ont pour objectif de poursuivre le débat.

Programme

Vendredi 22 mars 2024 –  Maison Heinrich Heine et Fondation Lucien Paye

17h00 à 19h00 – Retours de restitutions, épistémologies multisituées – Fondation Lucien Paye. Dans le cadre du Séminaire “Les arts en Afrique et dans ses diasporas” (IMAF).

Entrée libre, inscription ici

Présentation du double-numéro de la revue Cahiers d’Études africaines « Retours de restitutions », en présence de :  Didier Houénoudé (Université d’Abomey-Calavi, ReTours), Claire Bosc-Tiessé (CNRS-EHESS), Ysé Auque-Pallez (Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences Po Bordeaux, Université de Bordeaux), Sara Tassi (Centre de recherche Habiter, Université libre de Bruxelles).

Modération :Saskia Cousin (Sophiapol U. de Nanterre, ReTours)

19h30-21h30 Projection du film documentaire Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs d’œuvresMaison Heinrich Heine, Fondation de l’Allemagne (accès)

Entrée libre, inscription. 

Documentaire écrit et réalisé par Nora Philippe (Coproduction ARTE, Cinétévé, avec la participation de TV5 Monde, 2021, 83 minutes, vostfr). Suivie d’un débat avec Nora Philippe, cinéaste, curatrice, productrice et enseignante et Felicity Bodenstein, historienne de l’art (Sorbonne Université, Digital Benin)

Samedi 23 mars 2024 – Fondation Lucien Paye

Performer les collections coloniales  

Entrée libre,  inscription . Lien visio sur demande

14h00- 15h30 : Table-ronde 1. Performer – Comment la performance bouscule le musée

Continuer la lecture de Retours, restitutions – Performer les collections coloniales. Festival Dialogues Afriques, 22-23 mars 2024, Cité Internationale Universitaire

Projection “Restituer ?” de Nora Philippe et présentation de “Retours de restitutions” Cahiers d’Etudes Africaines – 22 février 2024, UPJV Amiens

Projection du documentaire de Nora Philippe “Restituer ? l’Afrique en quête de ses chefs-d’oeuvre” (Coproduction ARTE, Cinétévé, avec la participation de TV5 Monde, 2021, 83 minutes)   et de présenter le double numéro “Retours de restitutions, épistémologies multisituées” et présentation du double numéro Retours de restitutions des Cahiers d’Etudes Africaines à l’Université de Picardie Jules Vernes,  22 février 2024 par Alexandra Galitzine-Loumpet.

Amphithéâtre C005, Pôle universitaire Citadelle 10, rue des Français Libres – 80000 Amiens

Sur invitation de Sophie Chevalier (professeure d’anthropologie, directrice UR4287 Habiter le Monde) et de Céline Rosselin-Bareille (PR Anthropologie)

flyer ici  : HM-RESTITUER-FLYER

Parution. Retours de restitutions. Cahiers d’études africaines n°251-252, nov.2023, 656 p.

 

Vient de paraître :

Retours de restitutions,  Cahiers d’études africaines, n°251-252, 656 p.

Coordonné par Saskia Cousin, Anne Doquet, Alexandra Galitzine-Loumpet

En librairie le 30 novembre 2023, et en ligne sur openedition et sur Cairn (l’introduction, le femmage et les comptes rendus sont en accès intégral et les autres textes soumis à une barrière mobile de deux ans).  

Alors que la restitution des biens culturels africains polarise les débats, comment faire entendre les voix du retour ? Comment désigner ces choses, objets, artefacts, biens ou oeuvres retournés ou attendus sur le continent ? Comment rendre compte des points de vue, des imaginaires et des frictions autour de leurs devenirs ? Ces interrogations traversent les 24 contributions d’autrices et d’auteurs d’Afrique et d’Europe de ce volume. Aux enjeux politiques et juridiques de la restitution succède une série d’enquêtes, menées dans ou depuis les pays du retour, et d’analyses de positionnements et de mobilisations coloniales, postcoloniales et diasporiques. La dernière partie se penche sur les muséalités et les patrimonialités bousculées par le processus en cours. Des questions de restitution aux problématiques du retour, ce numéro propose un décentrement épistémologique et méthodologique des pratiques de recherche.

ISBN 978-2-7132-2973-2
Novembre 2023 • 35 €
Brochure en anglais :  CEA-251-525EN

Sommaire

Saskia Cousin, Anne Doquet et Alexandra Galitzine-Loumpet
La restitution du point de vue du retour. Épistémologies multisituées

Julie Peghini et Alexandra Galitzine-Loumpet
Entre(p)lacements. Dominique Malaquais, la performance, la restitution et le politique

Restitutions : enjeux juridiques et politiques

Felwine Sarr et Christine Douxami
Conversation avec Felwine Sarr : « Penser la restitution à partir de soi »

Claire Bosc-Tiessé
Restitution des objets africains : formats d’histoire, processus de justice et définitions du patrimoine

Nora Philippe, Saskia Cousin et Anne Doquet
Conversation avec Nora Philippe autour du film documentaire Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs-d’œuvre

Vincent Négri
Restituer, partager, réparer : penser la légalité de demain

Le retour des choses : points de vue situés et plurivocalités

Anne Doquet et Youssouf Karambé
Restituer l’art dogon ? Points de vue maliens et imaginaires occidentaux

Germain Loumpet
Les choses des gens. Le patrimoine des uns et des autres dans la patrimonialisation de l’ethnicité au Cameroun et au Mali

Hugues Heumen Tchana
Note sur le rapatriement des biens culturels camerounais spoliés ou illégalement exportésUne stratégie entre complexité et prudence

Paul Akogni et Didier Marcel Houénoudé
Note sur des trajectoires de « patrimoine restitué » au Bénin au XXIe siècle

Saskia Cousin, Sara Tassi et Madina Yêhouétomè
Agoojiée ! Ou les sabres de Gu. Des économies de la (non-)restitution (Bénin)

Mamarame Seck
Sur les traces d’Omar ibn Saïd, esclave musulman originaire du Fuuta Tooro (Sénégal)

Martin Mourre
Fiction politique et imaginaires historiques du retour du patrimoine africain au Sénégal. À propos de la série L’or de Ninki Nanka de Sokhna Benga

Postcolonialités : mobilisations et positionnements

Hélène Quashie
Restitutions et positionnalités. Des voix plurielles et des silences résistants dans les (re)définitions des héritages postcoloniaux (Sénégal)

Emmanuelle Spiesse
Trois histoires d’œuvres d’art contemporaines à propos d’objets manquants. Créer, entreprendre au Nigéria à partir de la question des restitutions

Maboula Soumahoro, Alexandra Galitzine-Loumpet et Saskia Cousin
Conversation avec Maboula Soumahoro. Restitution, retours et diasporas

Ysé Auque-Pallez
Restituer le patrimoine africain ou « libérer l’Afrique des forces du Mal ». La mobilisation d’un mouvement afrocentrique pour la restitution

Giulia Bonacci et Aleema Gray
The Book Liberator. Rastafari and the Return of Maqdala’s Artefacts to Ethiopia

Annélie Delescluse et Emmanuel Murhula A. Nashi
Note sur le retour de la dent de Patrice Lumumba : restitution, politique et médias

Muséalités et patrimonialités bousculées

Sandra Ferracuti, Alexandra Galitzine-Loumpet et Pascal Ndjock Nyobé
Colonialités, postcolonialités et patrimoines au/du Cameroun. Foumban, Douala, Stuttgart

Placide Mumbembele Sanger
L’art de la polémique : Tervuren-Kinshasa, 1930-2022

Alexandra Galitzine-Loumpet
Les statues pleurent aussi. Réceptions critiques de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible

Felicity Bodenstein, Anne Doquet et Alexandra Galitzine-Loumpet
Conversation avec Felicity Bodenstein à propos de la base de données Digital Benin

Alice Hertzog et Enibokun Uzebu-Imarhiagbe
A Note on The Swiss Benin Initiative. Identifying Looted Artefacts and Addressing Their Return

Chronique bibliographique

Josua Gaboriau
De la genèse du rapport Sarr-Savoy à sa mise en œuvre. Philosophie et épistémologie des restitutions du patrimoine africain

Analyses et comptes rendus

Émilie Guitard
Albarn Damon & Sissako Abderrahmane. — Le vol du boli

Kadya Tall
Beaujean Gaëlle. — L’art de cour à Abomey. Le sens des objets

Didier Nativel
Bodenstein Felicity, Oţoiu Damiana & Troelenberg Eva-Maria (eds.). — Contested Holdings. Museum Collections in Political, Epistemic and Artistic Processes of Return

Anna Seiderer
Bondaz Julien & Frioux-Salgas Sara (dir.). — dossier thématique « Tous les musées du monde »

Elara Bertho
Girard-Muscagorry Alexandre & Nur Goni Marian (dir.). — dossier thématique « Patrimoines africains. Les performances politiques des objets »

Vincent Hiribarren
Hicks Dan. — The Brutish Museums: The Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution

Marie-Aude Fouéré et Maëline Le Lay
Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums. — Exposition présentée au National Museums of Kenya

Julien Bondaz
Laely Thomas, Meyer Marc & Schwere Raphael (eds.). — Museums Cooperation between Africa and Europe. A New Field for Museum Studies

Maëline Le Lay
Murphy Maureen. — Voir autrement

Didier Marcel Houénoudé
Savoy Bénédicte. — Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale

Éloi Ficquet
Silverman Raymond, Abungu George & Probst Peter (eds.). — National Museums in Africa. Identity, History and Politics

Anne Doquet
Tervonen Tania. — Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial

Odile Goerg
Zerbini Laurick. — L’Afrique noire en vitrines. Lyon 1860-1960

Gaëlle Beaujean
Zerbini Laurick (dir.). — L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : dépouiller, partager, restituer

Continuer la lecture de Parution. Retours de restitutions. Cahiers d’études africaines n°251-252, nov.2023, 656 p.

Restituer les biens spoliés: Où en est-on ? Projection-débat le 13 décembre 2023, Pixel (BU Nanterre)

Programme : 

– 15h30-17h00 Projection du film “Restituer ?” Nora Philippe 83 minutes
– 17h00 -17h30 Débat avec Nora Philippe (réalisatrice, directrice d’Eurodoc
– 17h30-18h30 : Retours et restitutions en cours, en débat et en loi.
Sandrine Dossou (médiatrice, guide conférencière), Vincent Négri (juriste, ISP), Nanette Snoep (directrice des musées de Cologne)
-18h30-19h30 : Présentation du numéro Retours de restitution, Cahiers d’Etudes Africaines, n°251-252:
Anne Doquet (IMAF, Aubervilliers), Alexandra Galitzine-Loumpet (Sophiapol, Nanterre), Didier Houénoudé (UAC, Abomey-Calavi), Mamarame Seck (UCAD, Dakar). Animation : Saskia Cousin (Sophiapol, Nanterre) et les étudiants du master Sociologie, Conduites de Projets Culturels – Connaissance des Publics (Nanterre).
Production : PRC SAPS-CSI “Matrimoines / Restituer” et Association Hypothémuse
Restituer ?” Nora Philippe
“C’est l’histoire de plus d’un siècle de pillages coloniaux et d’appropriation d’œuvres d’art par l’Europe. De combats incessants depuis l’Afrique pour les retrouver. Et de grands musées qui célèbrent les arts africains mais gardent jalousement leurs trésors. En 2018, un rapport commandité par la présidence française aux penseurs Felwine Sarr et Bénédicte Savoy provoque une déflagration. L’heure des restitutions définitives semble avoir sonné. Les pays européens se disent alors prêts à rendre. Les musées africains se multiplient et préparent les retours. Le temps de l’action, pourtant, s’étire. Le spectre colonial continue de hanter cette géopolitique complexe. Les Etats européens tiendront-ils leurs promesses?”
Documentaire, 83 minutes, HD, 2021 – Cinétévé / ARTE France / TV5 Monde

Retours de restitution” : Cahiers d’Etudes Africaines n°251-252 Ed. de l’Ehess, 656 pages, 2023.

Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023

Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution

Colloque international. 22-27 mai 2023,

Musée National – Goethe Institut Kamerun – CIPCA – Institut Français du Cameroun – Bandjoun Station 

organisé par le PRC ReTours en collaboration avec : 

 Free admission – Accès libre

Programme à télécharger :  ProgrammeAteliers_définitif

PRESENTATION

(english version below)

Image : Archive © Defap-Service protestant de mission, Paris

 L’histoire des demandes de restitutions commence à être bien connue : aussi ancienne que les spoliations d’objets par les puissances coloniales, elle s’écrit depuis lors à l’échelle africaine au travers des mobilisations des institutions, des communautés et des diasporas, de chercheurs et d’artistes ; de l’appel solennel d’Amadou Maktar M’Bow directeur de l’Unesco, « Pour le  retour, à ceux qui l’ont créé, d’un patrimoine culturel irremplaçable » (1978),  aux débats et manifestes des festivals panafricains de Dakar 66 et d’Alger 69 et en filigrane des conventions internationales sur le trafic illicite des biens culturels (Unesco 1970 et 1972, Unidroit 1995). Une nouvelle étape s’amorce récemment avec le discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou (nov. 2017), ouverture bientôt reprise par d’autres pays européens.  A la suite du rapport Sarr-Savoy (novembre 2018), sept pays d’Afrique, dont le Bénin, le Mali et le Sénégal, demandent officiellement au gouvernement français la restitution d’une partie ou de l’ensemble de leurs biens culturels. Une première restitution par la France de 26 œuvres à lieu vers le Bénin en novembre 2021, vers le Sénégal également. D’autres sont en cours depuis l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, la France vers la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la République démocratique du Congo, après l’Éthiopie et Madagascar, à chaque fois selon des modalités différentes. Le processus enclenché paraît irréversible, mais les questionnements demeurent, de part et d’autre, entre émotions et polémiques, politiques du patrimoine, violences coloniales et postcoloniales et approches mémorielles, mises en exposition ou en tourisme, usages et propriétés des biens, formes de savoirs, œuvres concernées et devenirs de celles-ci.

Dans ce cadre général, le Cameroun occupe une place particulière, tant par la richesse des quelques 250 communautés qui le composent, que par son histoire. Protectorat allemand entre 1894 et 1916 puis territoire sous mandat de la Société des Nations et des Nations-Unies attribué à la France et au Royaume-Uni, le Cameroun fut aussi, après son indépendance le 1er janvier 1960, le premier pays d’Afrique où une restitution eu lieu (déc. 1973). Différent du contexte actuel qui porte principalement sur la période coloniale et les collections de musées, le retour d’Afo-A-Kom (“la chose des Kom”) fut cependant exemplaire d’une collaboration internationale, incluant divers acteurs.   

Les premiers ateliers du Cameroun proposent justement d’aborder la restitution par le prisme du retour, c’est-à-dire d’opérer un décentrement : des pays de détention des biens vers les pays et communautés d’origine ; des avis occidentaux aux opinions africaines ; des « œuvres » exposées dans les musées européens aux resocialisations des « choses » revenues, rechargées de multiples sens ; de la matérialité des objets aux images d’archives et aux créations contemporaines. Comment le retour désormais possible des objets est-il perçu ? Quels imaginaires et attentes réveille-t-il ? Quelles seraient les valeurs des choses revenues ? Penser les biens actuellement demandés, les objets encore là-bas, les choses toujours ici, engage à croiser les points de vue et à ouvrir des espaces de débat, dans et hors des arènes scientifiques, dans le respect de toutes les parties prenantes*. Pour se faire, les rencontres participatives initiées par le programme collaboratif ReTours – Géopolitiques du patrimoine, économies du retour, imaginaires de la restitution, en partenariat avec différentes structures institutionnelles, associatives et traditionnelles, alternerons ateliers participatifs sous forme de conversations entre les intervenants et l’assistance, à Yaoundé comme dans l’Ouest Cameroun. Elles seront associées à des projections, performances et exposition.

The history of requests for restitution is becoming well known: As old as the spoliations of objects by the colonial powers, it has since been written on an African scale through the mobilisation of institutions, communities and diasporas, researchers and artists, from the solemn appeal of Amadou Maktar M’Bow, director of Unesco, “For the return of an irreplaceable cultural heritage to those who created it” (1978), to the debates and manifestos of the Pan-African festivals of Dakar 66 and Algiers 69, and the international conventions on the illicit traffic of cultural property (Unesco 1970 and 1972, Unidroit 1995). A new stage began recently with Emmanuel Macron’s speech at Ouagadougou (Nov. 2017), an opening soon to be taken up by other European countries. Following the Sarr-Savoy report (November 2018), seven African countries, including Benin, Mali and Senegal, are officially requesting the French government to return some or all of their cultural property.  A first restitution by France of 26 works take place to Benin in November 2021, and to Senegal as well. Others, imminent, are underway from Germany, Belgium, the United Kingdom and France to Côte d’Ivoire, Nigeria and the Democratic Republic of Congo, after Ethiopia and Madagascar, each time according to different modalities. The process seems irreversible, but questions remain, on both sides, between emotions and polemics, heritage policies, colonial and post-colonial violence and memorial approaches, exhibition or tourism scenes, uses and properties of things, forms of knowledge, works of art concerned and their fates.

In this general framework, Cameroon occupies a special place, both because of the richness of its 250 or so communities and its history. A German protectorate between 1894 and 1916, then a territory under a League of Nations and United Nations mandate assigned to France and the United Kingdom, Cameroon was also, shortly after its independence on 1 January 1960, the first African country where restitution took place (Dec. 1973). Different from the current context, which focuses on the colonial period and museum collections, the return of Afo-A-Kom (“the Kom thing”) was nevertheless exemplary of an international collaboration, including various actors.  

This workshops in Cameroon propose to approach restitution through the prism of returns, i.e. to decentralize: from the countries where the objects were held to the countries and communities of origin; from Western viewpoints to African opinions; from the “works” exhibited in European museums to the resocialization of the returned “things”, recharged with multiple meanings; from the materiality of the objects to archival images and to contemporary creations. How is the possible return of objects perceived? What imaginations and expectations does it awaken? What would be the values of the returned things?  Thinking about the goods that are currently in demand, the things that are still there, involves crossing points of view and opening up spaces for debate, both inside and outside scientific arenas, while respecting all stakeholders*. To this end, the participatory meetings initiated by the collaborative research programme ReTurns (ReTours) – Geopolitics of Heritage, Economies of Return, Imaginaries of Restitution, in partnership with various institutional, associative and traditional structures, will alternate themes, inclusive participatory workshops in Yaoundé as well as in West Cameroon. They will be associated with projections, performances and exhibitions.

* Charter of Porto-Novo, Xogbonu, Ájáshé on returns and restitutions 

PROGRAMME

Entrée libre / Free admission

Les ateliers sont conçus pour être participatifs et inclusifs, non exclusivement académiques. Ils s’articulent autour d’objets-témoins patrimoniaux documentés par des archives et de conversations pour ouvrir à un large débat avec une assistance informée et intéressée. The workshops are designed to be participatory and inclusive, borrowing from non-exclusive academic forms. They are based on heritage objects documented by archives to open a broad debate with an informed and interested audience.

9 mai 2023 :  Journée de l’Europe, stand dédié – Palais des Congrès, Yaoundé

17 mai 2023 Conférence de presse,  Délégation de l’Union Européenne au Cameroun  (1068, rue Onambélé Nkou, Nlonkak, Yaoundé) – 15h30-17h00

18-19 mai 2023. Résidence performanceChristian Etongo (Multikulti Project Association) à Akak 1

Continuer la lecture de Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023

Publication – “Les bo des Agoojiée / Les amulettes des amazones. Le retour d’un matrimoine oublié ?”, Saskia Cousin, Sara Tassi, Madina Yêhouétomé, Politique africaine 2022/1

Paru dans le numéro 165 de la revue Politique Africaine (2022/01) intitulé Patrimoine africain, les performances politiques des objets, sous la direction d’Alexandre Girard-Muscagorry et Marian Nur Goni, 

La contribution Les bo des Agoojiée / Les amulettes des amazones. Le retour d’un matrimoine oublié ?”, pp. 187-220

de  Saskia CousinSara Tassi et Madina Yêhouétomé, membres du programme collaboratif ReTours.

Résumé : 

À partir du cas des « amulettes des amazones » (bo des agoojiée) conservées au musée du quai Branly-Jacques Chirac, cet article porte sur la domination masculine et coloniale à l’œuvre dans la constitution des collections comme dans les processus actuels de restitution. Croisant les sources écrites et orales, il reconstitue l’histoire de la « récolte » de ces amulettes pendant la guerre oubliée de 1890, retrace leur parcours muséal et restitue les savoirs et les mémoires des actuelles reines et amazones (agoojiée) d’Abomey. La subversion dans le genre que représentent les agoojiée et leur bo autorise à repenser la question patrimoniale à l’aune des matrimoines que représentent ces savoirs-puissances.

En ligne sur Cairn et en version papier de la revue.

7e Rencontres des études africaines en France – Toulouse, 28 juin-1er juillet 2022

Plusieurs ateliers sur les restitutions, retours, collections et narrations lors des 7e rencontres des études africaines en France, dont celui du PCR Retours.

programme général ici REAF_2022_programme

1er juillet 2022

14h30-16h30 (atelier 17) Salle GS133 Who tells the story? Stratégies discursives en temps de restitutions

  • Anne Doquet et Alexandra Galitzine Loumpet  : introduction
  • Lotte Arndt  : Toxicités persistantes
  • Klara Boyer-Rossol  : Les enjeux de la recherche de provenance et de l’identification dans les débats actuels sur les retours, restitutions ou rapatriements de restes humains en Afrique – L’exemple de collections de crânes de Madagascar conservées dans des Musées en France (XIXe-XXI e siècles)
  • Saskia Cousin : Matrimoines du Bénin : un autre récit de la restitution
  • Éric Essono Tsimi : La rectification des noms : dénommer, renommer, mal nommer

ainsi que, le même jour.

8h30-10h30 (atelier47.1) Salle GH 112 Objets d’Afrique : histoire et patrimoine à l’ombre des collections – Première session Pauline Monginot,ClaireBosc-Tiesse

Continuer la lecture de 7e Rencontres des études africaines en France – Toulouse, 28 juin-1er juillet 2022

ENTRELACS 3-4-5 juin 2022 : performances, conférences, rencontres et exposition. Avec Dominique Malaquais. Cité internationale des arts

ENTRELACS. Trois jours de performances, de conférences, de rencontres et une exposition

Avec Dominique Malaquais

https://www.citedesartsparis.net/fr/evenement-entrelacs

Programme web 

Du 3 au 5 juin, le site du Marais de la cité internationale accueille Entrelacs en hommage et honneur à de Dominique Malaquais : une exposition, une installation autour de la bibliothèque de Dominique, des performances et des rencontres nourries de la présence d’une soixantaine de chercheurs et d’artistes venus partager activement avec le public leurs vues sur quatre questions essentielles dans la vie, la pratique et la pensée de Dominique Malaquais : arts, violences et capitalocène ; “villes flux” et imaginaires urbains ; pratiques curatoriales ; nouvelles écritures de l’histoire.

Nous sommes immensément reconnaissantes de cet hommage conçu par un collectif composé de Bénédicte Alliot, Lisa Brittan, Kadiatou Diallo, Jean-Christophe Lanquetin, Bart Legum, Elisabeth Malaquais, Julie Peghini, Zahia Rahmani et Gary Van Wy.

Avec la participation des artistes : Jelili Atiku, Santi Balcones, Jean-Paul Delore, Ntone Edjabe, Justine Gaga, Amin Gulgee, Faustin Linyekula, Pierre-Man’s, Androa Mindre Kolo, Mega Mingiedi Tunga, Yves Mwamba, Vhan Olsen Dombo, Alain Polo, Louis Sclavis, Zora
Snake, Nelisiwe Xaba et Hervé Yamguen.

Des artistes de l’exposition : Mathieu Kleyebe Abonnenc, Malala
Andrialavidrazana, Sammy Baloji, Justine Gaga, Kendell Geers,
Amin Gulgee, Kongo Astronauts, Bill Kouélany, Gabrielle Le Roux, Goddy Leye, Gosette Lubondo, Lamyne M, Malam, Gideon Mendel,
Androa Mindre Kolo, Mega Mingiedi Tunga, Myriam Mihindou, Nástio Mosquito, Bienvenu Nanga, Nina Støttrup Larsen, Dread Scott, Lerato Shadi, Hervé Yamguen et Hervé Youmbi.

Des contributrices et contributeurs pour IN/FLUX : Fayçal
Baghriche, Sammy Baloji, Nina Barnett, Neïl Beloufa, Dineo Seshee
Bopape, Jaco Bouwer, Jonathan Cane, Bofa da Cara, Steven Cohen,
Benoît Dervaux, Ahmed El Shaer, Theo Eshetu, Ismail Farouk, Khaled Hafez, Stacy Hardy, Aryan Kaganof, Heddy Maalem, Kgafela oa Magogodi, Zen Marie, Jyoti Mistry, Naadira Patel, Julia Raynham,
Berni Searle, Zineb Sedira, Ala Eddine Slim et Ezra Wube.

Et des intervenant.e.s : Bénédicte Alliot, Dulcie Abrahams Altass,
Sara Alonso Gómez, Sammy Baloji, Richard Banégas, Jean-François
Bayart, Franck Beuvier, Filip de Boeck, Sandrine Colard, Kadiatou
Diallo, Ntone Edjabe, Patricia Falguières, N’Gone Fall, Sarah Fila-
Bakabadio, Malcom Ferdinand, Silvia Forni, Justine Gaga, Alexandra
Galitzine-Loumpet, Paul Guillibert, Eléonore Hellio, Yala Kisukidi,
Jean-Christophe Lanquetin, Lionel Manga, Olivier Marboeuf, Androa Mindre Kolo, Mega Mingiedi Tunga, Yves Mintoogue, Marian Nur Goni, Valérie Osouf, Jay Pather, Julie Peghini, Marie-Emmanuelle Pommerolle, Sophie Potelon, Zahia Rahmani, Caroline Roussy, Tiphaine Samoyault, AbdouMaliq Simone, Dread Scott, Jean-Pierre Warnier, Nelisiwe Xaba, Hervé Yamguen et Hervé Youmbi

Dans l’attente de ces retrouvailles autour du formidable travail de Dominique, membre du programme Retours.

Rdv 18 rue de l’Hotel de ville, 75004 Paris

https://www.citedesartsparis.net/media/cia/183726-programme_web_sans_bios-1.pdf

Vendredi 03 juin 2022, 18h-23h
Samedi 04 juin 2022, de 09h30 à 21h30
Dimanche 05 juin 2022, de 10h à 19h30

Exposition du 03 juin au 13 juillet 2022.

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Les « chefferies bamiléké » viennent-elles du Kongo ?  La question est volontairement provocatrice à plusieurs titres – la première raison tient du caractère colonial des deux termes mis entre guillemets : « Chefferie » d’abord, nom donné par la colonisation française aux micro-États ou puissants lignages des hauts plateaux de l’Ouest Cameroun, pour ne pas utiliser un équivalent aux connotations plus positives en français ou dans les langues de la région (ngung par exemple) mais utilisé jusqu’à présent ; « Bamiléké » terme colonial générique encore plus prégnant qui serait né de la déformation allemande d’une explication d’un guide Bali « les gens d’en bas – ou de la vallée»[1], au moment de leur conquête à la fin du XIXe siècle de l’hinterland du « Kamerun » allemand.  Enfin, et c’est sans doute le point le plus central, en raison de certains objets exposés dans l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible en ce moment au Musée du Quai Branly[2] – et, comme son nom ne l’indique pas, exclusivement consacrée à des communautés des hauts-plateaux de l’Ouest et un peu du Nord-Ouest Cameroun dites « Bamiléké » : des « fétiches à clous » du royaume du Kongo.

Au fond de la première salle en effet, derrière un décor de case en raphia à colonnades sculptées doublement tronqué dans ses dimensions et sa circonférence, derrière encore des poteaux sculptés bamoun et des encadrements de portes “bamiléké” appartenant aux collections du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac (collectes Labouret et « don de la Ville de Paris”[3] ), apparaît un pan de mur recouvert d’une grande représentation de forêt – une image luxuriante qui omet une organisation en bocages et une exploitation agricole importante -, et à gauche, tout juste à côté du panneau expliquant la section « La nature au cœur de la chefferie », trois représentations de statuettes avec clous.

cliché ALG, 14 mai 2022

 La puissance de certification et de légitimation du grand musée national est si forte, la « valeur d’exposition » travaillée par Walter Benjamin[4] si performative que personne, parmi un public peu ou insuffisamment averti, ne doute de la véracité de l’attribution, elle-même justifiée par le recours à des notions employées  tout au long de l’exposition sans être jamais explicitées : « fétiches », « totem » et « totémisme », “animisme” [5]. L’absence de questionnement est d’autant plus évidente qu’elle se fonde sur ce que la littérature coloniale pseudo-savante et les marchands d’art, s’appuyant les uns sur les autres, ont nommé les « fétiches à clous » – autrement appelés  Nkisi Nkonde ou Nkondi ou « Koso ». Comme le souligne Mulinda Habi Buganza[6], “konde” n’étant pas un terme reconnu par tous ,  “Nkisi” suffit.

Les exemplaires connus des Nkisi (pluriel Minkisi)  proviennent pourtant d’ailleurs : ils ont été créés et utilisés dans l’aire Kongo à cheval entre les actuels Angola, République démocratique du Congo et la République du Congo. Parmi les plus anciens détenus par des musées européens, certains viennent, par exemple, de la région de Boma, actuelle RDC, zone située à la frontière avec la République du Congo – à quelque 2500 kms de distance du pays « Bamileké ». C’est ce que mentionne une notice de l’Africa Museum (Tervuren, Belgique), qui rajoute pour un des exemplaires en sa possession « Propriété du chef Ne Kuko, cet objet de pouvoir a été spolié par Alexandre Delcommune lors d’une expédition punitive fin 1878 »[7] – et il suffit de quelques clics sur l’inventaire des collections numérisées du Musée du Quai Branly pour trouver mention de leur origine géographique [8].

Continuer la lecture de Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Researches on Returns & Restitutions. Charter of Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé / Charte de Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

Researches on Returns & Restitutions

Charter of  Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

(en français ci-dessous / French version below) Pour signer, cliquer ici   / to sign, click here 

Liste des premiers signataires en fin de texte

  Preamble

After decades of mobilization of African communities, countries and diaspora, the restitution of African cultural property is finally effective with the return of 27 properties to Benin and Senegal. Researchers gathered in Benin from January 5 to 11, 2022, to participate in the symposium “Restitution and return of Beninese heritage”, we salute the role of the Republic of Benin in this now irreversible movement. As mobilizations intensify and numerous restitutions are announced, the role of research on these properties, in museums, and/or with communities will be profoundly reconfigured. Hosted at the International Festival of Porto-Novo (FIP), in the heart of a living and inspiring culture, we experimented with this reconfiguration through exchanges with more than thirty communicators and one hundred and fifty participants, including one hundred holders of traditional knowledge, artists and leaders of cultural institutions. Our work focused on the knowledge, memories and rituals associated with different cultural properties, but also on the traditional, contemporary or innovative modalities of their preservation, study and transmission. We have crossed methods and results of our research on things that have already returned, on those that have not left their communities, and on those currently preserved in Western museums. We were struck by the strong synergy of the expressions of the traditional communities, the actors of restitution, the artists and the researchers. The capital city with three toponyms – Porto-Novo, Xogbonu, Ajasè – is the ideal city to affirm the need to examine in our research the plurality of points of view, fields of investigation and languages, without being satisfied with colonial denominations, archives and languages. The research programs we are conducting in Benin, Burkina Faso, Cameroon, Ivory Coast, France, Mali, Nigeria, and Senegal share common ethical, theoretical, and methodological issues. Together, we call for a renewal of scientific practices in research on restitution and return. This charter aims to share our commitment to the foundation of a multidisciplinary research field of restitution studies. Restitution studies may focus on : repatriated property, exiled property, and property that never left; the communities that created them, the knowledge and rituals associated with them, the museums, temples, and communities that house or housed them; the artists who create or recreate them; diaspora actions ; the rules, laws, norms and conventions relating to illicit or illegitimate trafficking and property transfers; the history of colonial, missionary and scientific collections and spoliations; the markets for so-called 6 African art and the creative industries concerned (tourism, series, comics, digital applications); (post)colonial museologies, mediation, cultural policies and audiences in both the North and the South; diplomatic issues; the devices and narratives generated by (requests for) restitutions. This charter is supported by researchers, and commits their research. It is also addressed to all those who collaborate, interact, and rely on the work: communities holding knowledge, cultural institutions, tourism operators, artists, economic and political worlds.

The objective of this charter is threefold:

Continuer la lecture de Researches on Returns & Restitutions. Charter of Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé / Charte de Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé