AAC: Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution – Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution/ REAF 2022, deadline 18 mars 2022

Appel à contribution ouvert : (in english below)

Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution

Saskia Cousin (Sophiapol), Anne Doquet (Imaf), Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma)

7ÈMES RENCONTRES DES ÉTUDES AFRICAINES EN FRANCE (TOULOUSE, 28 JUIN – 1ER JUILLET 2022)

https://reaf2022.sciencesconf.org/ (A17) DATE LIMITE : 18 mars 2022 (voir ci-dessous)

Dans son discours à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (nov. 2017), Emmanuel Macron appelle de ses vœux un mouvement de « restitutions temporaires ou définitives » du patrimoine africain. Qu’entendre par « restitutions temporaires » ? Comme le note le rapport Sarr-Savoy (2018), cette formulation est un oxymore qui suscite à la fois des tensions et des querelles d’interprétation. Elle participe pourtant à la nouvelle doxa des musées occidentaux, au renouvellement des coopérations Nord-Sud, à ce que l’Unesco appelle la « circulation des biens culturels et le patrimoine en partage » (juin 2018). De même, la montée en puissance de la notion de  “provenance” interroge. Les recherches en provenance sont en effet diversement considérées, soit comme un “moment nécessaire et salvateur” (Sarr-Savoy) d’accès aux violences coloniales des spoliations, soit comme asymétriques : majoritairement issues des musées occidentaux, écartant spécialistes et savoirs locaux, elles contribueraient à freiner les processus de restitution.

L’émergence de cette terminologie dans l’arène des restitutions pose ainsi des questions qui vont au-delà d’une simple approche sémantique : c’est également de positionnement et de volonté politique qu’il s’agit, de la part d’acteurs institutionnels, du marché de l’art, des communautés non-étatiques, du militantisme, mais aussi de la recherche. Comment nommer précisément les processus en cours ? Eviter “d’effacer” selon le propos de Chimamanda Adichie ? Comment penser les glissements sémantiques, les euphémisations, l’alternance de termes paravents ou frontaux, leurs usages dans les discours militants ou réactionnaires ? Qui parle ? Quels sont les discours alternatifs ? Ce panel voudrait revenir sur ces enjeux et politiques discursives en s’appuyant, entre-autres, sur les travaux menés dans le cadre de l’ANR ReTours https://retours.hypotheses.org.

Propositions à envoyer à  / Please send proposals to : 

  • annedoquet@yahoo.fr
  • saskiacousin@icloud.com 
  • galitzine.alexandra@gmail.com

avant le 18 mars 2022 / before march, 18th

*Chimananda Adichie – inauguration du Humbold Forum, 25 sept. 2021

CFP- 7TH MEETING OF AFRICAN STUDIES IN FRANCE (TOULOUSE, JUNE 28 – JULY 1, 2022)
https://reaf2022.sciencesconf.org/ (A17) DEADLINE: March 18, 2022 – please circulate

Continuer la lecture de AAC: Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution – Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution/ REAF 2022, deadline 18 mars 2022

MOOC “Défis et perspectives des patrimoines africains”, chap. “Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains” / “Challenges and Perspectives of African Heritage” – “Spoliation, Restitution and Return of African Cultural Property

(english below)

Nous sommes très heureux de vous annoncer la mise en ligne du chapitre 7 du Mooc “Défis et perspectives du patrimoine africain”. Intitulé “Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains” , le chapitre 7 a été conçu et rédigé par des membres du programme ReTours.

Le MOOC est ouvert à toutes celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur la richesse et les acteurs du patrimoine africain mais aussi sur les défis, et les opportunités qu’il représente pour le développement des territoires et les communautés locales. Il s’adresse à la fois aux universitaires (enseignants, chercheurs, étudiants), aux gestionnaires des sites patrimoniaux, des musées et des biens du PCI, aux agences d’État et aux décideurs locaux et, de façon plus générale, aux professionnels impliqués dans la gestion du patrimoine en Afrique.

Plus de 2700 personnes se sont déjà inscrits à ce cours constitué de 8 chapitres. Les inscriptions sont possibles jusqu’au 31 mars 2022.

Plan de cours du MOOC

  • Chapitre 1 : Notion(s) des patrimoines culturels et naturels en Afrique
    Chapitre 2 : Défis et stratégies de développement du patrimoine en Afrique
    Chapitre 3 : Économie touristique et marketing du patrimoine
    Chapitre 4 : Le système du patrimoine mondial naturel et culturel : la convention de 1972 dans le contexte africain
    Chapitre 5 : Le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) en Afrique dans le processus de globalisation
    Chapitre 6 : Gestion des musées en Afrique. Défis et perspectives
    Chapitre 7 : Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains
    Chapitre 8 : Les TIC au service du patrimoine en Afrique

Pour plus d’information ou pour s’inscrire au cours :https://www.fun-mooc.fr/fr/cours/patrimoine-africain-defis-et-perspectives/ 

We are very pleased to announce the release of Chapter 7 of the Mooc “Challenges and Perspectives of African Heritage”. Entitled “Spoliations, restitution and returns of African cultural goods”, Chapter 7 was conceived and written by members of the returns program.

Continuer la lecture de MOOC “Défis et perspectives des patrimoines africains”, chap. “Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains” / “Challenges and Perspectives of African Heritage” – “Spoliation, Restitution and Return of African Cultural Property

Restitution et retours des patrimoines du Bénin Colloque international 6-9 janvier 2022 • Bénin

Restitution et retours des patrimoines du Bénin. Recherches en provenance et transmission des savoirs à Ájácɛ́, Xɔgbonu, Porto-Novo.

Colloque international • 6-9 janvier 2022  Espace Ubuntu – École du Patrimoine Africain • Porto-Novo • Bénin

Illustration couverture : « Pagne Fon », Muséum de Toulouse par Garance Bazin

Comité d’organisation et Conseil scientifique ci-dessous

Programme Colloque

6 janvier 2022 • Matin [Espace Ubuntu]

08h-08h45 | Installation des participants. Maitre de cérémonie : Dr. Charles Ligan

9h | Cérémonie officielle d’ouverture du Colloque : Danse Ajogan des reines de la cour Tofa de Porto-Novo

09h10-09h45 | Inauguration par les autorités politico-diplomatiques

09h45-10h00 | Danse Gogbahoun d’Abomey

10h10-10h40 | Conférence inaugurale  : Retours et restitutions, une histoire Béninoise : Pr. Didier Houénoudé (Inmac, Université d’Abomey-Calavi, Bénin) et Pr. Saskia Cousin (Sophiapol, Université de Nanterre, France)

10h40-11h30 | Hanyé et table ronde avec les autorités traditionnelles et cultuelles

11h30-11h45 | Pause café

11h45-12h30 | Table ronde avec les acteurs de la restitution et du retour : Paul Akogni, Jean Roger Ahoyo, Alain Godonou, Pr. Nouréini Tidjani Serpos. Modération : Patrick Effiboley (UAC) et Christine Mengin (U. Paris 1, France)

12h30-13h15 : Cocktail

6 janvier 2022 • Aprèsmidi [École du patrimoine africain]

Continuer la lecture de Restitution et retours des patrimoines du Bénin Colloque international 6-9 janvier 2022 • Bénin

Matrimoines de la République du Bénin

1 : Le bo de l’oubli

Le bo de l’oubli, illustration de Garance Bazin, 2021.

Le musée du Quai Branly-Jacques Chirac (MQB) conserve plus de 70 000 biens culturels africains, dont 46 000 entrés pendant la période coloniale. 3.157 d’entre-eux  proviendraient de l’ancien Danxomε (Dahomey), aujourd’hui République du Bénin. Vingt-six se trouvent en cours de restitution. Dans le cadre de notre programme de recherche ReTours, plusieurs femmes d’Abomey, héritières de pouvoirs féminins anciens, nous ont confié leurs savoirs et leurs mémoires de quelques biens conservés dans les musées occidentaux. L’enjeu de ce travail est de participer à faire connaître, et donc réactiver, les matrimoines de la République du Bénin. Pour ce premier billet, nous restituons ce qu’elles nous ont raconté à propos de l’une des amulettes conservées au Musée du Quai Branly sous le nom de « Bo afiyohuti ».  Ces amulettes dites “des amazones” ne font pas partie des 26 éléments en cours de restitution.

Dans l’inventaire en ligne du MQB, cette amulette est présentée ainsi :

« N° inventaire : 71.1891.22.85 , Nom vernaculaire : bo afiyohuti ;  Atelier : Adanhoungbe ; Usage magique. Trouvé dans le sac d’un mort, sur le champ de bataille de Kotonou, 4 mars 1890 ».  

Des femmes puissantes

En mai, juin et aout 2021, nous avons rencontré ou retrouvé plusieurs héritières contemporaines des pouvoirs féminins anciens : Hangbe V, héritière de Hangbe, première et unique « femme-roi »  du royaume du Danxomε entre 1708 et 1711, fondatrice du corps féminin des agojiée (amazones) ; Christine et Yvette (deux des agojiée qui assistent aujourd’hui Hangbe V),  les reines mères Kpɔjitɔ Adonon et Kpɔjitɔ Djènan. Kpɔjitɔ Adonon incarne l’épouse de Hwegbaja, fondateur du Danxomε, et mère d’Akaba, Hangbè et Agaja (ses trois enfants qui se sont succédés sur le trône de 1685 à 1740). Kpɔjitɔ Djènan incarne la mère du roi Tegbesu (épouse du roi Agaja). Il est important de noter que, dans certaines situations d’interaction que nous restituons ici, ces femmes sont les ancêtres qu’elles incarnent. Si elles ont perdu l’essentiel de leurs capacités politiques et économiques, elles jouent aujourd’hui encore un rôle central dans la transmission des savoirs-pouvoirs généalogiques ou cultuels. Lors de certaines rencontres, la Kpɔjitɔ Djènan était accompagnée de son devin Lisa China, également cité. Enfin,  nous avons également échangé avec Agasuno, prêtre du vodun Agasu (l’une des divinités les plus importantes du royaume de Danxomε), par ailleurs « faiseur de bo ». La plupart se sont exprimés en Fon, la langue d’Abomey 

Un bo ambivalent

Continuer la lecture de Matrimoines de la République du Bénin

Diffusion du film “Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs-d’oeuvre” de la réalisatrice Nora Philippe

“Restituer ?” !

A partir du 27 octobre 2021 à 00.00, le film Restituer ? de la réalisatrice Nora Philippe sera en ligne sur la chaîne franco-allemande Arte : https://www.arte.tv/fr/videos/097591-000-A/restituer/. Il sera ensuite diffusé dans le monde arabophone (Al-Jazeera), en Suisse (RTS), en Espagne (RTVE), et aux Etats-Unis (Black Public Media).

Également commissaire d’exposition, chercheuse, et autrice, Nora Philippe est membre de notre programme de recherche ReTours.

Restituer ? s’ouvre sur de magnifiques images de choses animées de lumières et de chuchotements multilingues. Bientôt, la voix de Léonie Simaga nous extrait de la fascination esthétique qui nous avait saisis – fascination qui constitue sans doute l’un des obstacles aux restitutions : “Des centaines de milliers d’œuvres et d’objets africains vivent aujourd’hui dans nos musées, en Occident : masques, bijoux, manuscrits, statues. Nous admirons leur beauté derrière les vitrines. Mais avons-nous oublié que la plupart ont rejoint nos collections à la faveur de l’occupation coloniale de l’Afrique? C’est l’histoire d’un long exil qui a projeté plus des trois quarts du patrimoine d’Afrique Subsaharienne en dehors du continent”.

Après plusieurs années d’enquêtes dans six pays et au sein de multiples archives, Nora Philippe signe un magistral documentaire choral sur la généalogie coloniale des musées occidentaux et l’histoire de voix africaines qui n’ont jamais cessé de réclamer leurs biens.

Nous aurons bientôt l’occasion d’échanger avec Nora Philippe lors de projections débats organisées en Afrique.

Semaine culturelle du Bénin. Musée du quai Branly -Jacques Chirac du 26 au 31 octobre 2021

À signaler, l’exposition «  BÉNIN, la restitution de 26 trésors royaux d’Abomey » aura lieu du 26 au 31 octobre 2021 au Musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Prises de guerre du colonel Dodds lors de la conquête du royaume du Danxomε en 1892, les 26 statues et regalia restituées à la République du Bénin seront présentées au public avant de faire leur retour à Ouidah, puis au « Musée de l’épopée des amazones et des rois du Dahomey » en projet à Abomey.

L’exposition s’accompagnera d’une série d’autres évènements, dont notamment un colloque scientifique international (27/10) et une matinée de rencontres et de discussions sur les projets muséographiques au Bénin (28/10).

Programme complet de la semaine : https://www.quaibranly.fr/fileadmin/user_upload/2-Evenements/fetes-et-evenements/2021-2022-fetes-et-evenements/2021-semaine-culturelle-du-benin/semaine-culturelle-du-benin-depliant-programmation.pdf

À cette occasion, nous allons publier une série de billets sur l’une des nombreuses collections appartenant à l’ancien royaume du Danxomε qui ne seront pas restituées. Il s’agit de la «  Collection Foà », à savoir un ensemble de bo (amulettes) prélevées par un marchand français sur les corps des agoojiée (amazones) à l’issue de la bataille de Kotonou en 1890. Très peu connues du grand public, ces amulettes sont actuellement conservées au MQB.  Dans chaque billet, nous présenterons une de ces bo. Nous nous intéressons surtout à ce qu’en disent, en 2021, plusieurs femmes puissantes d’Abomey : les kpɔjitɔ (incarnation des reines mères des rois anciens), les dadasì (épouses et incarnation des rois anciens), la reine Hangbé V (héritière de la « femme-roi » Hangbé) et plusieurs agoojiée (amazones). 

Saskia Cousin, Madina Yêhouétomé et Sara Tassi

 

Le monde en musée. Site collaboratif INHA / Musées d’Angoulême

A signaler : mise en ligne du site Le monde en musée, cartographie des objets d’Afrique et d’Océanie en France édité par les équipes de l’Institut National d’Histoire de l’Art et les musées d’Angoulême sous la coordination de Claire Bosc-Tiessé dans le cadre de son séminaire “Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique (XIVe-XIXe siècle)“.

Le site présente une cartographie, toujours en actualisation selon les contributions des responsables de collections d’Afrique et d’Océanie.

Cette cartographie, expliquent ses auteurs : ” est pensée comme outil de recherche et passerelle entre musées et institutions de recherche (quelle que soit leur localisation dans le monde). Cette cartographie est un travail “fait main” : elle n’a pas moissonné des bases de données existantes, même si nous nous en sommes aidés, mais nous avons regroupé et recoupé les informations bibliographiques (les bulletins de musée et de sociétés scientifiques régionales comme les études académiques) en regard d’une consultation des responsables de collection, toujours en cours, et des sites web des musées et des bases de données en ligne. Surtout, nous avons analysé les inventaires quand cela a été possible.”

Continuer la lecture de Le monde en musée. Site collaboratif INHA / Musées d’Angoulême

AAC. Restitution des patrimoines du Bénin. Recherches en provenance, densification et transmission des savoirs à Ájácɛ,́ Xɔgbonu, Porto-Novo. 05-06 janvier 2021

COLLOQUE SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL INTERUNIVERSITAIRE

Restitution des patrimoines du Bénin. Recherches en provenance, densification et transmission des savoirs à Ájácɛ,́ Xɔgbonu, Porto-Novo.

05 et 06 janvier 2022 à Porto-Novo – Bénin

APPEL A COMMUNICATION (in english below) Dans le cadre de la cinquième édition du Festival International de Porto-Novo (FIP) et à l’invitation de la municipalité de Porto-Novo, l’Université d’Abomey Calavi et le programme international de recherche « Retours » organisent plusieurs journées de colloques et d’ateliers scientifiques sur la restitution du patrimoine culturel africain. Après avoir transité par Porto-Novo, siège du gouvernorat de la Colonie du Dahomey, des milliers d’objets sont partis dans les musées occidentaux. Si, depuis les années 1970, de nombreuses demandes de restitution ont eu lieu de par le monde, le plus souvent en vain, la demande officielle du gouvernement Béninois en 2016 a provoqué un mouvement mondial de demandes de restitution. Dans ce contexte, vingtsix œuvres du patrimoine Béninois, actuellement conservées en France, prendront le chemin du retour à l’automne 2021. D’autres, beaucoup plus nombreuses se trouvent encore dans les musées occidentaux, mais aussi au Bénin, dans différents musées et, surtout, en leurs lieux d’origine, en particulier cultuels. Le patrimoine Béninois est aussi immatériel : ce sont les savoirs et les mémoires des acteurs et actrices de la tradition, qu’il s’agit également de restituer. L’enjeu de cet appel à contribution est donc d’accueillir des communications permettant d’identifier les personnes, de documenter l’origine, l’histoire et les savoirs associés à ces différents patrimoines. Les propositions peuvent se centrer sur un bien culturel, ses formes et sens, retracer le contexte communautaire ou rituel de sa création, proposer la biographie d’un artisan ou d’un artiste, d’un interprète ou d’un « informateur », ou restituer des enquêtes sur la réception béninoise de la restitution.

Axe 1- Les regalia de retour. Trônes, récades, asen, etc. Cet axe accueillera les communications portant sur les 26 biens culturels de retour aux Bénin. Quels sont les rites, les savoirs traditionnels, les panégyriques, et les mémoires les concernant, hier et aujourd’hui ? Qui en sont les créateurs, les médiateurs ? Quels rôles ont-ils joué et jouent-ils encore dans l’imaginaire national Béninois ? Quelle est l’histoire Béninoise de cette restitution ? Comment les Béninois, et notamment les jeunes générations, peuvent-ils s’en saisir ? Quels sont les enjeux sociaux, culturels, économiques et religieux de leur retour, et de leur exposition au public ? Comment intégrer la restitution dans la politique touristique du Bénin ? Comment imaginer des médiations adéquates ?

Continuer la lecture de AAC. Restitution des patrimoines du Bénin. Recherches en provenance, densification et transmission des savoirs à Ájácɛ,́ Xɔgbonu, Porto-Novo. 05-06 janvier 2021

De la décolonisation des arts à la décolonisation des objets. 8-10 sept. 2021

A signaler, Journée d’études – avec la participation d’Anne Doquet (IRD, IMAF & ANR ReTours

De la décolonisation des arts à la décolonisation des objets

Journées d’étude internationale, Université de Bordeaux et en ligne.

                                                   8-10 septembre 2021

Programme ici  JE de Bordeaux De la décolonisation des arts

 

ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution (PRC)

ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution

 

Programme de recherche collaboratif financé par l’Agence Nationale de la Recherche / 15 chercheurs, 7 pays.

 

Coordination : Saskia Cousin (Université de Paris, CESSMA) ; partenaires : Anne Doquet (IRD, IMAf), Alexandra Galitzine (CESSMA, ICM)

Résumé en français (in english below)  :

Alors que la question de la restitution des collections africaines fait polémique en France et en Europe, le programme comparatif, diachronique et multiscalaire ReTours vise à déplacer l’enquête 1) de l’Occident aux pays africains concernés, 2) des questions de restitution aux problématiques du retour, 3) de la vision muséo-centrée aux rôles des diasporas et du tourisme, 4) des instances et autorités officielles du patrimoine aux lieux, récits et transmissions considérés comme marginaux, secondaires ou officieux.

ReTours est un programme novateur tant dans ses objectifs de recherche critiques que par ses méthodes d’enquêtes et ses collaborations culturelles. Constitué d’un consortium international et pluridisciplinaire de 15 chercheurs, ReTours travaillera à partir du Bénin, du Cameroun, du Mali et du Sénégal et sur leurs diasporas.

L’objectif du programme est de saisir les enjeux politiques, les rôles économiques, les usages sociaux du retour. Il s’organise à partir de trois axes qui sont autant de manières de désigner les biens culturels :  1) Géopolitique du patrimoine, autour des mobilisations pour ou contre la restitution des “oeuvres”, 2) Économies du retour et imaginaires du tourisme, à propos des dispositifs d’accueil notamment touristiques des “pièces muséales” ; 3) Appropriations et resocialisations autour des mémoires sociales, de l’agency des “choses” revenues, des transformations des significations et des créations contemporaines.

Le programme ReTours se propose ainsi de travailler selon les méthodes inspirées de l’anthropologie collaborative et de la recherche-action, qui impliquent une réflexivité attentive à la fois aux enjeux de pouvoirs et aux risques d’enclicage. Des ateliers intermédiaires associeront les acteurs du retour et de l’accueil (autorités traditionnelles, institutions culturelles, artistes, associations partenaires associés). En termes de résultats, ReTours croisera enquêtes de terrain, d’archives et numériques pour proposer des cartographies des mobilisations, des réseaux et des objets, des analyses comparées et multisituées, des biographies sociales d’objets, des analyses d’interventions artistiques. ReTours s’engage dans un ambitieux programme de conférences, de publications et de séminaires, propres ou co-conçus avec d’autres programmes de recherche internationaux. L’impact scientifique majeur attendu de ReTours est le changement du paradigme des recherches sur la circulation des collections et leurs appropriations : de nouvelles connaissances, mais aussi de nouvelles manières de faire de la recherche, avec des enquêtes collectives, réflexives et attentives aux effets d’asymétrie liées au statut, au genre et à l’origine. ReTours travaille avec un grand nombre de partenaires institutionnels, muséaux, culturels et artistiques associés au programme : expositions virtuelles, applications numériques, catalogues, outils pédagogiques, etc. En termes de retombées sociales et économiques, ReTours ambitionne de documenter les expériences menées dans chacun des pays, de fournir aux institutions en charge du retour des outils utiles à la prise de décision, mais aussi de donner à voir et à entendre les mémoires de groupes sociaux souvent ignorés, notamment les femmes, et participer ainsi à la reconnaissance de leurs savoirs propres. ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution des biens culturels.

English summary

In France and in Europe, a debate is currently raging around the restitution of African works of art. In this context, ReTurns, a comparative, diachronic and multi-scalar research program, seeks to shift the focus of inquiry: (1) from Europe and North America toward the African countries concerned; (2) from the topic of restitution toward the fact of return; (3) from museum-centered approaches to approaches centered on the role of diasporic communities and tourism; (4) from official patrimonial oversight to sites and to modes of discourse and transmission typically considered to be marginal, secondary or informal.

Structured around an international, multidisciplinary consortium of researchers working in and on four African countries – Benin, Cameroon, Mali, Senegal – as well as their diasporas, ReTurns is an innovative program in terms of its critical research goals, its methodological stance and the cultural collaborations it entails. International and multidisciplinary consortium of 15 researchers, ReTurns will work from Benin, Cameroon, Mali and Senegal and on their diasporas.

The objective is to understand the political stakes, the economic roles and the social uses of return. It is organized around three axes which are as many ways of designating objects: 1) Geopolitics of heritage, around mobilizations for or against the restitution of “works of art”, 2) Return economies and tourism imaginaries, concerning facilities and welcoming of “museum pieces”; 3) Appropriations and resocializations around social memories, the agency of returned “things”, transformations of meanings and contemporary creations. The ReTurns program thus proposes to work according to methods inspired by collaborative anthropology and research-action, which imply a reflexivity attentive to both the stakes of power and the risks of interlocking. Workshops will associate the actors of the return (traditional authorities, cultural institutions, artists, associated partner associations). In terms of results, ReTurns will combine field, archive and digital surveys to propose maps of mobilisations, networks and objects, comparative and multisite analyses, social biographies of objects, analyses of artistic interventions. ReTunrs is engaged in an ambitious programme of conferences, publications and seminars, on its own or co-designed with other international research programs. The major scientific impact expected from ReTurns is the change of the research paradigm on the circulation of works of art and their appropriation: new knowledge, but also new ways of doing research, with collective, reflexive and attentive enquiries into the effects of asymmetry linked to status, gender and origin. ReTunrs works on real cultural cooperation with a large number of institutional, museum, cultural and artistic partners : virtual exhibitions, digital applications, catalogues, educational tools, etc. In terms of social and economic spin-offs, ReTunrs s aims to document good practices in each of the countries, to provide the institutions in charge of the return with useful tools for decision-making, but also to show and hear the memories of often ignored social groups, especially women, and thus participate in the recognition of their own knowledge.

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search