Archives par mot-clé : choses

Parution. Retours de restitutions. Cahiers d’études africaines n°251-252, nov.2023, 656 p.

 

Vient de paraître :

Retours de restitutions,  Cahiers d’études africaines, n°251-252, 656 p.

Coordonné par Saskia Cousin, Anne Doquet, Alexandra Galitzine-Loumpet

En librairie le 30 novembre 2023, et en ligne sur openedition et sur Cairn (l’introduction, le femmage et les comptes rendus sont en accès intégral et les autres textes soumis à une barrière mobile de deux ans).  

Alors que la restitution des biens culturels africains polarise les débats, comment faire entendre les voix du retour ? Comment désigner ces choses, objets, artefacts, biens ou oeuvres retournés ou attendus sur le continent ? Comment rendre compte des points de vue, des imaginaires et des frictions autour de leurs devenirs ? Ces interrogations traversent les 24 contributions d’autrices et d’auteurs d’Afrique et d’Europe de ce volume. Aux enjeux politiques et juridiques de la restitution succède une série d’enquêtes, menées dans ou depuis les pays du retour, et d’analyses de positionnements et de mobilisations coloniales, postcoloniales et diasporiques. La dernière partie se penche sur les muséalités et les patrimonialités bousculées par le processus en cours. Des questions de restitution aux problématiques du retour, ce numéro propose un décentrement épistémologique et méthodologique des pratiques de recherche.

ISBN 978-2-7132-2973-2
Novembre 2023 • 35 €
Brochure en anglais :  CEA-251-525EN

Sommaire

Saskia Cousin, Anne Doquet et Alexandra Galitzine-Loumpet
La restitution du point de vue du retour. Épistémologies multisituées

Julie Peghini et Alexandra Galitzine-Loumpet
Entre(p)lacements. Dominique Malaquais, la performance, la restitution et le politique

Restitutions : enjeux juridiques et politiques

Felwine Sarr et Christine Douxami
Conversation avec Felwine Sarr : « Penser la restitution à partir de soi »

Claire Bosc-Tiessé
Restitution des objets africains : formats d’histoire, processus de justice et définitions du patrimoine

Nora Philippe, Saskia Cousin et Anne Doquet
Conversation avec Nora Philippe autour du film documentaire Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs-d’œuvre

Vincent Négri
Restituer, partager, réparer : penser la légalité de demain

Le retour des choses : points de vue situés et plurivocalités

Anne Doquet et Youssouf Karambé
Restituer l’art dogon ? Points de vue maliens et imaginaires occidentaux

Germain Loumpet
Les choses des gens. Le patrimoine des uns et des autres dans la patrimonialisation de l’ethnicité au Cameroun et au Mali

Hugues Heumen Tchana
Note sur le rapatriement des biens culturels camerounais spoliés ou illégalement exportésUne stratégie entre complexité et prudence

Paul Akogni et Didier Marcel Houénoudé
Note sur des trajectoires de « patrimoine restitué » au Bénin au XXIe siècle

Saskia Cousin, Sara Tassi et Madina Yêhouétomè
Agoojiée ! Ou les sabres de Gu. Des économies de la (non-)restitution (Bénin)

Mamarame Seck
Sur les traces d’Omar ibn Saïd, esclave musulman originaire du Fuuta Tooro (Sénégal)

Martin Mourre
Fiction politique et imaginaires historiques du retour du patrimoine africain au Sénégal. À propos de la série L’or de Ninki Nanka de Sokhna Benga

Postcolonialités : mobilisations et positionnements

Hélène Quashie
Restitutions et positionnalités. Des voix plurielles et des silences résistants dans les (re)définitions des héritages postcoloniaux (Sénégal)

Emmanuelle Spiesse
Trois histoires d’œuvres d’art contemporaines à propos d’objets manquants. Créer, entreprendre au Nigéria à partir de la question des restitutions

Maboula Soumahoro, Alexandra Galitzine-Loumpet et Saskia Cousin
Conversation avec Maboula Soumahoro. Restitution, retours et diasporas

Ysé Auque-Pallez
Restituer le patrimoine africain ou « libérer l’Afrique des forces du Mal ». La mobilisation d’un mouvement afrocentrique pour la restitution

Giulia Bonacci et Aleema Gray
The Book Liberator. Rastafari and the Return of Maqdala’s Artefacts to Ethiopia

Annélie Delescluse et Emmanuel Murhula A. Nashi
Note sur le retour de la dent de Patrice Lumumba : restitution, politique et médias

Muséalités et patrimonialités bousculées

Sandra Ferracuti, Alexandra Galitzine-Loumpet et Pascal Ndjock Nyobé
Colonialités, postcolonialités et patrimoines au/du Cameroun. Foumban, Douala, Stuttgart

Placide Mumbembele Sanger
L’art de la polémique : Tervuren-Kinshasa, 1930-2022

Alexandra Galitzine-Loumpet
Les statues pleurent aussi. Réceptions critiques de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible

Felicity Bodenstein, Anne Doquet et Alexandra Galitzine-Loumpet
Conversation avec Felicity Bodenstein à propos de la base de données Digital Benin

Alice Hertzog et Enibokun Uzebu-Imarhiagbe
A Note on The Swiss Benin Initiative. Identifying Looted Artefacts and Addressing Their Return

Chronique bibliographique

Josua Gaboriau
De la genèse du rapport Sarr-Savoy à sa mise en œuvre. Philosophie et épistémologie des restitutions du patrimoine africain

Analyses et comptes rendus

Émilie Guitard
Albarn Damon & Sissako Abderrahmane. — Le vol du boli

Kadya Tall
Beaujean Gaëlle. — L’art de cour à Abomey. Le sens des objets

Didier Nativel
Bodenstein Felicity, Oţoiu Damiana & Troelenberg Eva-Maria (eds.). — Contested Holdings. Museum Collections in Political, Epistemic and Artistic Processes of Return

Anna Seiderer
Bondaz Julien & Frioux-Salgas Sara (dir.). — dossier thématique « Tous les musées du monde »

Elara Bertho
Girard-Muscagorry Alexandre & Nur Goni Marian (dir.). — dossier thématique « Patrimoines africains. Les performances politiques des objets »

Vincent Hiribarren
Hicks Dan. — The Brutish Museums: The Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution

Marie-Aude Fouéré et Maëline Le Lay
Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums. — Exposition présentée au National Museums of Kenya

Julien Bondaz
Laely Thomas, Meyer Marc & Schwere Raphael (eds.). — Museums Cooperation between Africa and Europe. A New Field for Museum Studies

Maëline Le Lay
Murphy Maureen. — Voir autrement

Didier Marcel Houénoudé
Savoy Bénédicte. — Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale

Éloi Ficquet
Silverman Raymond, Abungu George & Probst Peter (eds.). — National Museums in Africa. Identity, History and Politics

Anne Doquet
Tervonen Tania. — Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial

Odile Goerg
Zerbini Laurick. — L’Afrique noire en vitrines. Lyon 1860-1960

Gaëlle Beaujean
Zerbini Laurick (dir.). — L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : dépouiller, partager, restituer

Continuer la lecture de Parution. Retours de restitutions. Cahiers d’études africaines n°251-252, nov.2023, 656 p.

Publication – “Les bo des Agoojiée / Les amulettes des amazones. Le retour d’un matrimoine oublié ?”, Saskia Cousin, Sara Tassi, Madina Yêhouétomé, Politique africaine 2022/1

Paru dans le numéro 165 de la revue Politique Africaine (2022/01) intitulé Patrimoine africain, les performances politiques des objets, sous la direction d’Alexandre Girard-Muscagorry et Marian Nur Goni, 

La contribution Les bo des Agoojiée / Les amulettes des amazones. Le retour d’un matrimoine oublié ?”, pp. 187-220

de  Saskia CousinSara Tassi et Madina Yêhouétomé, membres du programme collaboratif ReTours.

Résumé : 

À partir du cas des « amulettes des amazones » (bo des agoojiée) conservées au musée du quai Branly-Jacques Chirac, cet article porte sur la domination masculine et coloniale à l’œuvre dans la constitution des collections comme dans les processus actuels de restitution. Croisant les sources écrites et orales, il reconstitue l’histoire de la « récolte » de ces amulettes pendant la guerre oubliée de 1890, retrace leur parcours muséal et restitue les savoirs et les mémoires des actuelles reines et amazones (agoojiée) d’Abomey. La subversion dans le genre que représentent les agoojiée et leur bo autorise à repenser la question patrimoniale à l’aune des matrimoines que représentent ces savoirs-puissances.

En ligne sur Cairn et en version papier de la revue.

Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Les « chefferies bamiléké » viennent-elles du Kongo ?  La question est volontairement provocatrice à plusieurs titres – la première raison tient du caractère colonial des deux termes mis entre guillemets : « Chefferie » d’abord, nom donné par la colonisation française aux micro-États ou puissants lignages des hauts plateaux de l’Ouest Cameroun, pour ne pas utiliser un équivalent aux connotations plus positives en français ou dans les langues de la région (ngung par exemple) mais utilisé jusqu’à présent ; « Bamiléké » terme colonial générique encore plus prégnant qui serait né de la déformation allemande d’une explication d’un guide Bali « les gens d’en bas – ou de la vallée»[1], au moment de leur conquête à la fin du XIXe siècle de l’hinterland du « Kamerun » allemand.  Enfin, et c’est sans doute le point le plus central, en raison de certains objets exposés dans l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible en ce moment au Musée du Quai Branly[2] – et, comme son nom ne l’indique pas, exclusivement consacrée à des communautés des hauts-plateaux de l’Ouest et un peu du Nord-Ouest Cameroun dites « Bamiléké » : des « fétiches à clous » du royaume du Kongo.

Au fond de la première salle en effet, derrière un décor de case en raphia à colonnades sculptées doublement tronqué dans ses dimensions et sa circonférence, derrière encore des poteaux sculptés bamoun et des encadrements de portes “bamiléké” appartenant aux collections du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac (collectes Labouret et « don de la Ville de Paris”[3] ), apparaît un pan de mur recouvert d’une grande représentation de forêt – une image luxuriante qui omet une organisation en bocages et une exploitation agricole importante -, et à gauche, tout juste à côté du panneau expliquant la section « La nature au cœur de la chefferie », trois représentations de statuettes avec clous.

cliché ALG, 14 mai 2022

 La puissance de certification et de légitimation du grand musée national est si forte, la « valeur d’exposition » travaillée par Walter Benjamin[4] si performative que personne, parmi un public peu ou insuffisamment averti, ne doute de la véracité de l’attribution, elle-même justifiée par le recours à des notions employées  tout au long de l’exposition sans être jamais explicitées : « fétiches », « totem » et « totémisme », “animisme” [5]. L’absence de questionnement est d’autant plus évidente qu’elle se fonde sur ce que la littérature coloniale pseudo-savante et les marchands d’art, s’appuyant les uns sur les autres, ont nommé les « fétiches à clous » – autrement appelés  Nkisi Nkonde ou Nkondi ou « Koso ». Comme le souligne Mulinda Habi Buganza[6], “konde” n’étant pas un terme reconnu par tous ,  “Nkisi” suffit.

Les exemplaires connus des Nkisi (pluriel Minkisi)  proviennent pourtant d’ailleurs : ils ont été créés et utilisés dans l’aire Kongo à cheval entre les actuels Angola, République démocratique du Congo et la République du Congo. Parmi les plus anciens détenus par des musées européens, certains viennent, par exemple, de la région de Boma, actuelle RDC, zone située à la frontière avec la République du Congo – à quelque 2500 kms de distance du pays « Bamileké ». C’est ce que mentionne une notice de l’Africa Museum (Tervuren, Belgique), qui rajoute pour un des exemplaires en sa possession « Propriété du chef Ne Kuko, cet objet de pouvoir a été spolié par Alexandre Delcommune lors d’une expédition punitive fin 1878 »[7] – et il suffit de quelques clics sur l’inventaire des collections numérisées du Musée du Quai Branly pour trouver mention de leur origine géographique [8].

Continuer la lecture de Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Restitution et retours des patrimoines du Bénin Colloque international 6-9 janvier 2022 • Bénin

Restitution et retours des patrimoines du Bénin. Recherches en provenance et transmission des savoirs à Ájácɛ́, Xɔgbonu, Porto-Novo.

Colloque international • 6-9 janvier 2022  Espace Ubuntu – École du Patrimoine Africain • Porto-Novo • Bénin

Illustration couverture : « Pagne Fon », Muséum de Toulouse par Garance Bazin

Comité d’organisation et Conseil scientifique ci-dessous

Programme Colloque

6 janvier 2022 • Matin [Espace Ubuntu]

08h-08h45 | Installation des participants. Maitre de cérémonie : Dr. Charles Ligan

9h | Cérémonie officielle d’ouverture du Colloque : Danse Ajogan des reines de la cour Tofa de Porto-Novo

09h10-09h45 | Inauguration par les autorités politico-diplomatiques

09h45-10h00 | Danse Gogbahoun d’Abomey

10h10-10h40 | Conférence inaugurale  : Retours et restitutions, une histoire Béninoise : Pr. Didier Houénoudé (Inmac, Université d’Abomey-Calavi, Bénin) et Pr. Saskia Cousin (Sophiapol, Université de Nanterre, France)

10h40-11h30 | Hanyé et table ronde avec les autorités traditionnelles et cultuelles

11h30-11h45 | Pause café

11h45-12h30 | Table ronde avec les acteurs de la restitution et du retour : Paul Akogni, Jean Roger Ahoyo, Alain Godonou, Pr. Nouréini Tidjani Serpos. Modération : Patrick Effiboley (UAC) et Christine Mengin (U. Paris 1, France)

12h30-13h15 : Cocktail

6 janvier 2022 • Aprèsmidi [École du patrimoine africain]

Continuer la lecture de Restitution et retours des patrimoines du Bénin Colloque international 6-9 janvier 2022 • Bénin