Archives par mot-clé : Mali

Parution. Retours de restitutions. Cahiers d’études africaines n°251-252, nov.2023, 656 p.

 

Vient de paraître :

Retours de restitutions,  Cahiers d’études africaines, n°251-252, 656 p.

Coordonné par Saskia Cousin, Anne Doquet, Alexandra Galitzine-Loumpet

En librairie le 30 novembre 2023, et en ligne sur openedition et sur Cairn (l’introduction, le femmage et les comptes rendus sont en accès intégral et les autres textes soumis à une barrière mobile de deux ans).  

Alors que la restitution des biens culturels africains polarise les débats, comment faire entendre les voix du retour ? Comment désigner ces choses, objets, artefacts, biens ou oeuvres retournés ou attendus sur le continent ? Comment rendre compte des points de vue, des imaginaires et des frictions autour de leurs devenirs ? Ces interrogations traversent les 24 contributions d’autrices et d’auteurs d’Afrique et d’Europe de ce volume. Aux enjeux politiques et juridiques de la restitution succède une série d’enquêtes, menées dans ou depuis les pays du retour, et d’analyses de positionnements et de mobilisations coloniales, postcoloniales et diasporiques. La dernière partie se penche sur les muséalités et les patrimonialités bousculées par le processus en cours. Des questions de restitution aux problématiques du retour, ce numéro propose un décentrement épistémologique et méthodologique des pratiques de recherche.

ISBN 978-2-7132-2973-2
Novembre 2023 • 35 €
Brochure en anglais :  CEA-251-525EN

Sommaire

Saskia Cousin, Anne Doquet et Alexandra Galitzine-Loumpet
La restitution du point de vue du retour. Épistémologies multisituées

Julie Peghini et Alexandra Galitzine-Loumpet
Entre(p)lacements. Dominique Malaquais, la performance, la restitution et le politique

Restitutions : enjeux juridiques et politiques

Felwine Sarr et Christine Douxami
Conversation avec Felwine Sarr : « Penser la restitution à partir de soi »

Claire Bosc-Tiessé
Restitution des objets africains : formats d’histoire, processus de justice et définitions du patrimoine

Nora Philippe, Saskia Cousin et Anne Doquet
Conversation avec Nora Philippe autour du film documentaire Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs-d’œuvre

Vincent Négri
Restituer, partager, réparer : penser la légalité de demain

Le retour des choses : points de vue situés et plurivocalités

Anne Doquet et Youssouf Karambé
Restituer l’art dogon ? Points de vue maliens et imaginaires occidentaux

Germain Loumpet
Les choses des gens. Le patrimoine des uns et des autres dans la patrimonialisation de l’ethnicité au Cameroun et au Mali

Hugues Heumen Tchana
Note sur le rapatriement des biens culturels camerounais spoliés ou illégalement exportésUne stratégie entre complexité et prudence

Paul Akogni et Didier Marcel Houénoudé
Note sur des trajectoires de « patrimoine restitué » au Bénin au XXIe siècle

Saskia Cousin, Sara Tassi et Madina Yêhouétomè
Agoojiée ! Ou les sabres de Gu. Des économies de la (non-)restitution (Bénin)

Mamarame Seck
Sur les traces d’Omar ibn Saïd, esclave musulman originaire du Fuuta Tooro (Sénégal)

Martin Mourre
Fiction politique et imaginaires historiques du retour du patrimoine africain au Sénégal. À propos de la série L’or de Ninki Nanka de Sokhna Benga

Postcolonialités : mobilisations et positionnements

Hélène Quashie
Restitutions et positionnalités. Des voix plurielles et des silences résistants dans les (re)définitions des héritages postcoloniaux (Sénégal)

Emmanuelle Spiesse
Trois histoires d’œuvres d’art contemporaines à propos d’objets manquants. Créer, entreprendre au Nigéria à partir de la question des restitutions

Maboula Soumahoro, Alexandra Galitzine-Loumpet et Saskia Cousin
Conversation avec Maboula Soumahoro. Restitution, retours et diasporas

Ysé Auque-Pallez
Restituer le patrimoine africain ou « libérer l’Afrique des forces du Mal ». La mobilisation d’un mouvement afrocentrique pour la restitution

Giulia Bonacci et Aleema Gray
The Book Liberator. Rastafari and the Return of Maqdala’s Artefacts to Ethiopia

Annélie Delescluse et Emmanuel Murhula A. Nashi
Note sur le retour de la dent de Patrice Lumumba : restitution, politique et médias

Muséalités et patrimonialités bousculées

Sandra Ferracuti, Alexandra Galitzine-Loumpet et Pascal Ndjock Nyobé
Colonialités, postcolonialités et patrimoines au/du Cameroun. Foumban, Douala, Stuttgart

Placide Mumbembele Sanger
L’art de la polémique : Tervuren-Kinshasa, 1930-2022

Alexandra Galitzine-Loumpet
Les statues pleurent aussi. Réceptions critiques de l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible

Felicity Bodenstein, Anne Doquet et Alexandra Galitzine-Loumpet
Conversation avec Felicity Bodenstein à propos de la base de données Digital Benin

Alice Hertzog et Enibokun Uzebu-Imarhiagbe
A Note on The Swiss Benin Initiative. Identifying Looted Artefacts and Addressing Their Return

Chronique bibliographique

Josua Gaboriau
De la genèse du rapport Sarr-Savoy à sa mise en œuvre. Philosophie et épistémologie des restitutions du patrimoine africain

Analyses et comptes rendus

Émilie Guitard
Albarn Damon & Sissako Abderrahmane. — Le vol du boli

Kadya Tall
Beaujean Gaëlle. — L’art de cour à Abomey. Le sens des objets

Didier Nativel
Bodenstein Felicity, Oţoiu Damiana & Troelenberg Eva-Maria (eds.). — Contested Holdings. Museum Collections in Political, Epistemic and Artistic Processes of Return

Anna Seiderer
Bondaz Julien & Frioux-Salgas Sara (dir.). — dossier thématique « Tous les musées du monde »

Elara Bertho
Girard-Muscagorry Alexandre & Nur Goni Marian (dir.). — dossier thématique « Patrimoines africains. Les performances politiques des objets »

Vincent Hiribarren
Hicks Dan. — The Brutish Museums: The Benin Bronzes, Colonial Violence and Cultural Restitution

Marie-Aude Fouéré et Maëline Le Lay
Invisible Inventories. Questioning Kenyan Collections into Western Museums. — Exposition présentée au National Museums of Kenya

Julien Bondaz
Laely Thomas, Meyer Marc & Schwere Raphael (eds.). — Museums Cooperation between Africa and Europe. A New Field for Museum Studies

Maëline Le Lay
Murphy Maureen. — Voir autrement

Didier Marcel Houénoudé
Savoy Bénédicte. — Le long combat de l’Afrique pour son art. Histoire d’une défaite postcoloniale

Éloi Ficquet
Silverman Raymond, Abungu George & Probst Peter (eds.). — National Museums in Africa. Identity, History and Politics

Anne Doquet
Tervonen Tania. — Les otages. Contre-histoire d’un butin colonial

Odile Goerg
Zerbini Laurick. — L’Afrique noire en vitrines. Lyon 1860-1960

Gaëlle Beaujean
Zerbini Laurick (dir.). — L’objet africain dans les expositions et les musées missionnaires (XIXe-XXIe siècle) : dépouiller, partager, restituer

Continuer la lecture de Parution. Retours de restitutions. Cahiers d’études africaines n°251-252, nov.2023, 656 p.

Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023

Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution

Colloque international. 22-27 mai 2023,

Musée National – Goethe Institut Kamerun – CIPCA – Institut Français du Cameroun – Bandjoun Station 

organisé par le PRC ReTours en collaboration avec : 

 Free admission – Accès libre

Programme à télécharger :  ProgrammeAteliers_définitif

PRESENTATION

(english version below)

Image : Archive © Defap-Service protestant de mission, Paris

 L’histoire des demandes de restitutions commence à être bien connue : aussi ancienne que les spoliations d’objets par les puissances coloniales, elle s’écrit depuis lors à l’échelle africaine au travers des mobilisations des institutions, des communautés et des diasporas, de chercheurs et d’artistes ; de l’appel solennel d’Amadou Maktar M’Bow directeur de l’Unesco, « Pour le  retour, à ceux qui l’ont créé, d’un patrimoine culturel irremplaçable » (1978),  aux débats et manifestes des festivals panafricains de Dakar 66 et d’Alger 69 et en filigrane des conventions internationales sur le trafic illicite des biens culturels (Unesco 1970 et 1972, Unidroit 1995). Une nouvelle étape s’amorce récemment avec le discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou (nov. 2017), ouverture bientôt reprise par d’autres pays européens.  A la suite du rapport Sarr-Savoy (novembre 2018), sept pays d’Afrique, dont le Bénin, le Mali et le Sénégal, demandent officiellement au gouvernement français la restitution d’une partie ou de l’ensemble de leurs biens culturels. Une première restitution par la France de 26 œuvres à lieu vers le Bénin en novembre 2021, vers le Sénégal également. D’autres sont en cours depuis l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, la France vers la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la République démocratique du Congo, après l’Éthiopie et Madagascar, à chaque fois selon des modalités différentes. Le processus enclenché paraît irréversible, mais les questionnements demeurent, de part et d’autre, entre émotions et polémiques, politiques du patrimoine, violences coloniales et postcoloniales et approches mémorielles, mises en exposition ou en tourisme, usages et propriétés des biens, formes de savoirs, œuvres concernées et devenirs de celles-ci.

Dans ce cadre général, le Cameroun occupe une place particulière, tant par la richesse des quelques 250 communautés qui le composent, que par son histoire. Protectorat allemand entre 1894 et 1916 puis territoire sous mandat de la Société des Nations et des Nations-Unies attribué à la France et au Royaume-Uni, le Cameroun fut aussi, après son indépendance le 1er janvier 1960, le premier pays d’Afrique où une restitution eu lieu (déc. 1973). Différent du contexte actuel qui porte principalement sur la période coloniale et les collections de musées, le retour d’Afo-A-Kom (“la chose des Kom”) fut cependant exemplaire d’une collaboration internationale, incluant divers acteurs.   

Les premiers ateliers du Cameroun proposent justement d’aborder la restitution par le prisme du retour, c’est-à-dire d’opérer un décentrement : des pays de détention des biens vers les pays et communautés d’origine ; des avis occidentaux aux opinions africaines ; des « œuvres » exposées dans les musées européens aux resocialisations des « choses » revenues, rechargées de multiples sens ; de la matérialité des objets aux images d’archives et aux créations contemporaines. Comment le retour désormais possible des objets est-il perçu ? Quels imaginaires et attentes réveille-t-il ? Quelles seraient les valeurs des choses revenues ? Penser les biens actuellement demandés, les objets encore là-bas, les choses toujours ici, engage à croiser les points de vue et à ouvrir des espaces de débat, dans et hors des arènes scientifiques, dans le respect de toutes les parties prenantes*. Pour se faire, les rencontres participatives initiées par le programme collaboratif ReTours – Géopolitiques du patrimoine, économies du retour, imaginaires de la restitution, en partenariat avec différentes structures institutionnelles, associatives et traditionnelles, alternerons ateliers participatifs sous forme de conversations entre les intervenants et l’assistance, à Yaoundé comme dans l’Ouest Cameroun. Elles seront associées à des projections, performances et exposition.

The history of requests for restitution is becoming well known: As old as the spoliations of objects by the colonial powers, it has since been written on an African scale through the mobilisation of institutions, communities and diasporas, researchers and artists, from the solemn appeal of Amadou Maktar M’Bow, director of Unesco, “For the return of an irreplaceable cultural heritage to those who created it” (1978), to the debates and manifestos of the Pan-African festivals of Dakar 66 and Algiers 69, and the international conventions on the illicit traffic of cultural property (Unesco 1970 and 1972, Unidroit 1995). A new stage began recently with Emmanuel Macron’s speech at Ouagadougou (Nov. 2017), an opening soon to be taken up by other European countries. Following the Sarr-Savoy report (November 2018), seven African countries, including Benin, Mali and Senegal, are officially requesting the French government to return some or all of their cultural property.  A first restitution by France of 26 works take place to Benin in November 2021, and to Senegal as well. Others, imminent, are underway from Germany, Belgium, the United Kingdom and France to Côte d’Ivoire, Nigeria and the Democratic Republic of Congo, after Ethiopia and Madagascar, each time according to different modalities. The process seems irreversible, but questions remain, on both sides, between emotions and polemics, heritage policies, colonial and post-colonial violence and memorial approaches, exhibition or tourism scenes, uses and properties of things, forms of knowledge, works of art concerned and their fates.

In this general framework, Cameroon occupies a special place, both because of the richness of its 250 or so communities and its history. A German protectorate between 1894 and 1916, then a territory under a League of Nations and United Nations mandate assigned to France and the United Kingdom, Cameroon was also, shortly after its independence on 1 January 1960, the first African country where restitution took place (Dec. 1973). Different from the current context, which focuses on the colonial period and museum collections, the return of Afo-A-Kom (“the Kom thing”) was nevertheless exemplary of an international collaboration, including various actors.  

This workshops in Cameroon propose to approach restitution through the prism of returns, i.e. to decentralize: from the countries where the objects were held to the countries and communities of origin; from Western viewpoints to African opinions; from the “works” exhibited in European museums to the resocialization of the returned “things”, recharged with multiple meanings; from the materiality of the objects to archival images and to contemporary creations. How is the possible return of objects perceived? What imaginations and expectations does it awaken? What would be the values of the returned things?  Thinking about the goods that are currently in demand, the things that are still there, involves crossing points of view and opening up spaces for debate, both inside and outside scientific arenas, while respecting all stakeholders*. To this end, the participatory meetings initiated by the collaborative research programme ReTurns (ReTours) – Geopolitics of Heritage, Economies of Return, Imaginaries of Restitution, in partnership with various institutional, associative and traditional structures, will alternate themes, inclusive participatory workshops in Yaoundé as well as in West Cameroon. They will be associated with projections, performances and exhibitions.

* Charter of Porto-Novo, Xogbonu, Ájáshé on returns and restitutions 

PROGRAMME

Entrée libre / Free admission

Les ateliers sont conçus pour être participatifs et inclusifs, non exclusivement académiques. Ils s’articulent autour d’objets-témoins patrimoniaux documentés par des archives et de conversations pour ouvrir à un large débat avec une assistance informée et intéressée. The workshops are designed to be participatory and inclusive, borrowing from non-exclusive academic forms. They are based on heritage objects documented by archives to open a broad debate with an informed and interested audience.

9 mai 2023 :  Journée de l’Europe, stand dédié – Palais des Congrès, Yaoundé

17 mai 2023 Conférence de presse,  Délégation de l’Union Européenne au Cameroun  (1068, rue Onambélé Nkou, Nlonkak, Yaoundé) – 15h30-17h00

18-19 mai 2023. Résidence performanceChristian Etongo (Multikulti Project Association) à Akak 1

Continuer la lecture de Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023

ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution (PRC)

ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution

 

Programme de recherche collaboratif financé par l’Agence Nationale de la Recherche / 15 chercheurs, 7 pays.

 

Coordination : Saskia Cousin (Université de Paris, CESSMA) ; partenaires : Anne Doquet (IRD, IMAf), Alexandra Galitzine (CESSMA, ICM)

Résumé en français (in english below)  :

Alors que la question de la restitution des collections africaines fait polémique en France et en Europe, le programme comparatif, diachronique et multiscalaire ReTours vise à déplacer l’enquête 1) de l’Occident aux pays africains concernés, 2) des questions de restitution aux problématiques du retour, 3) de la vision muséo-centrée aux rôles des diasporas et du tourisme, 4) des instances et autorités officielles du patrimoine aux lieux, récits et transmissions considérés comme marginaux, secondaires ou officieux.

ReTours est un programme novateur tant dans ses objectifs de recherche critiques que par ses méthodes d’enquêtes et ses collaborations culturelles. Constitué d’un consortium international et pluridisciplinaire de 15 chercheurs, ReTours travaillera à partir du Bénin, du Cameroun, du Mali et du Sénégal et sur leurs diasporas.

L’objectif du programme est de saisir les enjeux politiques, les rôles économiques, les usages sociaux du retour. Il s’organise à partir de trois axes qui sont autant de manières de désigner les biens culturels :  1) Géopolitique du patrimoine, autour des mobilisations pour ou contre la restitution des “oeuvres”, 2) Économies du retour et imaginaires du tourisme, à propos des dispositifs d’accueil notamment touristiques des “pièces muséales” ; 3) Appropriations et resocialisations autour des mémoires sociales, de l’agency des “choses” revenues, des transformations des significations et des créations contemporaines.

Le programme ReTours se propose ainsi de travailler selon les méthodes inspirées de l’anthropologie collaborative et de la recherche-action, qui impliquent une réflexivité attentive à la fois aux enjeux de pouvoirs et aux risques d’enclicage. Des ateliers intermédiaires associeront les acteurs du retour et de l’accueil (autorités traditionnelles, institutions culturelles, artistes, associations partenaires associés). En termes de résultats, ReTours croisera enquêtes de terrain, d’archives et numériques pour proposer des cartographies des mobilisations, des réseaux et des objets, des analyses comparées et multisituées, des biographies sociales d’objets, des analyses d’interventions artistiques. ReTours s’engage dans un ambitieux programme de conférences, de publications et de séminaires, propres ou co-conçus avec d’autres programmes de recherche internationaux. L’impact scientifique majeur attendu de ReTours est le changement du paradigme des recherches sur la circulation des collections et leurs appropriations : de nouvelles connaissances, mais aussi de nouvelles manières de faire de la recherche, avec des enquêtes collectives, réflexives et attentives aux effets d’asymétrie liées au statut, au genre et à l’origine. ReTours travaille avec un grand nombre de partenaires institutionnels, muséaux, culturels et artistiques associés au programme : expositions virtuelles, applications numériques, catalogues, outils pédagogiques, etc. En termes de retombées sociales et économiques, ReTours ambitionne de documenter les expériences menées dans chacun des pays, de fournir aux institutions en charge du retour des outils utiles à la prise de décision, mais aussi de donner à voir et à entendre les mémoires de groupes sociaux souvent ignorés, notamment les femmes, et participer ainsi à la reconnaissance de leurs savoirs propres. ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution des biens culturels.

English summary

In France and in Europe, a debate is currently raging around the restitution of African works of art. In this context, ReTurns, a comparative, diachronic and multi-scalar research program, seeks to shift the focus of inquiry: (1) from Europe and North America toward the African countries concerned; (2) from the topic of restitution toward the fact of return; (3) from museum-centered approaches to approaches centered on the role of diasporic communities and tourism; (4) from official patrimonial oversight to sites and to modes of discourse and transmission typically considered to be marginal, secondary or informal.

Structured around an international, multidisciplinary consortium of researchers working in and on four African countries – Benin, Cameroon, Mali, Senegal – as well as their diasporas, ReTurns is an innovative program in terms of its critical research goals, its methodological stance and the cultural collaborations it entails. International and multidisciplinary consortium of 15 researchers, ReTurns will work from Benin, Cameroon, Mali and Senegal and on their diasporas.

The objective is to understand the political stakes, the economic roles and the social uses of return. It is organized around three axes which are as many ways of designating objects: 1) Geopolitics of heritage, around mobilizations for or against the restitution of “works of art”, 2) Return economies and tourism imaginaries, concerning facilities and welcoming of “museum pieces”; 3) Appropriations and resocializations around social memories, the agency of returned “things”, transformations of meanings and contemporary creations. The ReTurns program thus proposes to work according to methods inspired by collaborative anthropology and research-action, which imply a reflexivity attentive to both the stakes of power and the risks of interlocking. Workshops will associate the actors of the return (traditional authorities, cultural institutions, artists, associated partner associations). In terms of results, ReTurns will combine field, archive and digital surveys to propose maps of mobilisations, networks and objects, comparative and multisite analyses, social biographies of objects, analyses of artistic interventions. ReTunrs is engaged in an ambitious programme of conferences, publications and seminars, on its own or co-designed with other international research programs. The major scientific impact expected from ReTurns is the change of the research paradigm on the circulation of works of art and their appropriation: new knowledge, but also new ways of doing research, with collective, reflexive and attentive enquiries into the effects of asymmetry linked to status, gender and origin. ReTunrs works on real cultural cooperation with a large number of institutional, museum, cultural and artistic partners : virtual exhibitions, digital applications, catalogues, educational tools, etc. In terms of social and economic spin-offs, ReTunrs s aims to document good practices in each of the countries, to provide the institutions in charge of the return with useful tools for decision-making, but also to show and hear the memories of often ignored social groups, especially women, and thus participate in the recognition of their own knowledge.

 

 

Carnet du programme ReTours, financé par l’ANR

Résumé 

Alors que la question de la restitution des collections africaines fait polémique en France et en Europe, le programme comparatif, diachronique et multiscalaire.
ReTours vise à déplacer l’enquête 1) de l’Occident aux pays africains concernés, 2) des questions de restitution aux problématiques du retour, 3) de la vision muséo-centrée aux rôles des diasporas et du tourisme, 4) des instances et autorités officielles du patrimoine aux lieux, récits et transmissions considérés comme marginaux, secondaires ou officieux. Inscrit dans la temporalité des restitutions telle que préconisée par le rapport Sarr – Savoy (2018) et constitué d’un consortium international et pluridisciplinaire qui travaillera à partir du Bénin, du Cameroun, du Mali et du Sénégal et de leurs diasporas, ReTours est un programme novateur tant dans ses objectifs de recherche critiques que ses méthodes d’enquêtes et ses coopérations culturelles.

Ce carnet de recherche présentera actualités des membres de l’équipe, et des travaux inspirés de l’anthropologie collaborative et de la recherche-action, qui vise à coproduire les savoirs en incluant le point de vue des enquêtés à toutes les étapes de l’enquête et de leurs restitutions.

Image du bandeau : Hervé YOUMBI (c), Axis Gallery, New-York