Archives par mot-clé : musées

Retours, restitutions – Performer les collections coloniales. Festival Dialogues Afriques, 22-23 mars 2024, Cité Internationale Universitaire

RETOURS, RESTITUTIONS –  PERFORMER LES COLLECTIONS COLONIALES

FESTIVAL DIALOGUES AFRIQUES

Séminaires, projection, performance 

22-23 mars 2024, Maison Heinrich Heine -Fondation de l’Allemagne et Fondation Lucien Paye, Cité internationale Universitaire, Paris (plan d’accès ci-dessous)

Entrée libre avec inscription aux différentes manifestations. Liens zoom ci-dessous 

Dans le cadre du festival Dialogues Afriques, en partenariat avec le programme collaboratif international ReTours, Africapitales / Lavoir moderne Parisien, le Cemti (Université Paris 8) et le Sophiapol (Université de Nanterre).

 Elaboré par Julie Peghini (CEMTI-Université de Paris 8, Fondation Lucien Paye, ReTours), Franziska Humphreys (Maison Heinrich Heine, Fondation de l’Allemagne) et Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma & Sophiapol, ReTours)

Argumentaire

Le temps des restitutions, depuis 2017, a ouvert la porte à de nombreuses controverses et initiatives, tout autant qu’à de nouvelles perspectives épistémologiques et politiques du retour. Ce retour est à prendre au pluriel : retours vers l’histoire coloniale et ses spoliations ; retours vers la notion de patrimoine et de musée ethnographique ou d’arts non-occidentaux ; retours surtout, vers la voix et la place des concerné.e.s, dans les Afriques comme dans les diasporas ; retours enfin, vers les performances et créations qui questionnent les déliaisons et réagencements sociaux possibles des choses spoliées et des sociétés contemporaines. La part de la création y paraît ainsi centrale, de nombreux.ses artistes et performeurs portant la voix des sans voix, interrogeant la violence des spoliations coloniales et les devenirs des retours. En reliant les pratiques académiques, curatoriales, muséales et les performances des Afriques comme des Europes, entre frictions et alliances, ces manifestations ont pour objectif de poursuivre le débat.

Programme

Vendredi 22 mars 2024 –  Maison Heinrich Heine et Fondation Lucien Paye

17h00 à 19h00 – Retours de restitutions, épistémologies multisituées – Fondation Lucien Paye. Dans le cadre du Séminaire “Les arts en Afrique et dans ses diasporas” (IMAF).

Entrée libre, inscription ici

Présentation du double-numéro de la revue Cahiers d’Études africaines « Retours de restitutions », en présence de :  Didier Houénoudé (Université d’Abomey-Calavi, ReTours), Claire Bosc-Tiessé (CNRS-EHESS), Ysé Auque-Pallez (Les Afriques dans le Monde (LAM), Sciences Po Bordeaux, Université de Bordeaux), Sara Tassi (Centre de recherche Habiter, Université libre de Bruxelles).

Modération :Saskia Cousin (Sophiapol U. de Nanterre, ReTours)

19h30-21h30 Projection du film documentaire Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs d’œuvresMaison Heinrich Heine, Fondation de l’Allemagne (accès)

Entrée libre, inscription. 

Documentaire écrit et réalisé par Nora Philippe (Coproduction ARTE, Cinétévé, avec la participation de TV5 Monde, 2021, 83 minutes, vostfr). Suivie d’un débat avec Nora Philippe, cinéaste, curatrice, productrice et enseignante et Felicity Bodenstein, historienne de l’art (Sorbonne Université, Digital Benin)

Samedi 23 mars 2024 – Fondation Lucien Paye

Performer les collections coloniales  

Entrée libre,  inscription . Lien visio sur demande

14h00- 15h30 : Table-ronde 1. Performer – Comment la performance bouscule le musée

Continuer la lecture de Retours, restitutions – Performer les collections coloniales. Festival Dialogues Afriques, 22-23 mars 2024, Cité Internationale Universitaire

Projection “Restituer ?” de Nora Philippe et présentation de “Retours de restitutions” Cahiers d’Etudes Africaines – 22 février 2024, UPJV Amiens

Projection du documentaire de Nora Philippe “Restituer ? l’Afrique en quête de ses chefs-d’oeuvre” (Coproduction ARTE, Cinétévé, avec la participation de TV5 Monde, 2021, 83 minutes)   et de présenter le double numéro “Retours de restitutions, épistémologies multisituées” et présentation du double numéro Retours de restitutions des Cahiers d’Etudes Africaines à l’Université de Picardie Jules Vernes,  22 février 2024 par Alexandra Galitzine-Loumpet.

Amphithéâtre C005, Pôle universitaire Citadelle 10, rue des Français Libres – 80000 Amiens

Sur invitation de Sophie Chevalier (professeure d’anthropologie, directrice UR4287 Habiter le Monde) et de Céline Rosselin-Bareille (PR Anthropologie)

flyer ici  : HM-RESTITUER-FLYER

ENTRELACS 3-4-5 juin 2022 : performances, conférences, rencontres et exposition. Avec Dominique Malaquais. Cité internationale des arts

ENTRELACS. Trois jours de performances, de conférences, de rencontres et une exposition

Avec Dominique Malaquais

https://www.citedesartsparis.net/fr/evenement-entrelacs

Programme web 

Du 3 au 5 juin, le site du Marais de la cité internationale accueille Entrelacs en hommage et honneur à de Dominique Malaquais : une exposition, une installation autour de la bibliothèque de Dominique, des performances et des rencontres nourries de la présence d’une soixantaine de chercheurs et d’artistes venus partager activement avec le public leurs vues sur quatre questions essentielles dans la vie, la pratique et la pensée de Dominique Malaquais : arts, violences et capitalocène ; “villes flux” et imaginaires urbains ; pratiques curatoriales ; nouvelles écritures de l’histoire.

Nous sommes immensément reconnaissantes de cet hommage conçu par un collectif composé de Bénédicte Alliot, Lisa Brittan, Kadiatou Diallo, Jean-Christophe Lanquetin, Bart Legum, Elisabeth Malaquais, Julie Peghini, Zahia Rahmani et Gary Van Wy.

Avec la participation des artistes : Jelili Atiku, Santi Balcones, Jean-Paul Delore, Ntone Edjabe, Justine Gaga, Amin Gulgee, Faustin Linyekula, Pierre-Man’s, Androa Mindre Kolo, Mega Mingiedi Tunga, Yves Mwamba, Vhan Olsen Dombo, Alain Polo, Louis Sclavis, Zora
Snake, Nelisiwe Xaba et Hervé Yamguen.

Des artistes de l’exposition : Mathieu Kleyebe Abonnenc, Malala
Andrialavidrazana, Sammy Baloji, Justine Gaga, Kendell Geers,
Amin Gulgee, Kongo Astronauts, Bill Kouélany, Gabrielle Le Roux, Goddy Leye, Gosette Lubondo, Lamyne M, Malam, Gideon Mendel,
Androa Mindre Kolo, Mega Mingiedi Tunga, Myriam Mihindou, Nástio Mosquito, Bienvenu Nanga, Nina Støttrup Larsen, Dread Scott, Lerato Shadi, Hervé Yamguen et Hervé Youmbi.

Des contributrices et contributeurs pour IN/FLUX : Fayçal
Baghriche, Sammy Baloji, Nina Barnett, Neïl Beloufa, Dineo Seshee
Bopape, Jaco Bouwer, Jonathan Cane, Bofa da Cara, Steven Cohen,
Benoît Dervaux, Ahmed El Shaer, Theo Eshetu, Ismail Farouk, Khaled Hafez, Stacy Hardy, Aryan Kaganof, Heddy Maalem, Kgafela oa Magogodi, Zen Marie, Jyoti Mistry, Naadira Patel, Julia Raynham,
Berni Searle, Zineb Sedira, Ala Eddine Slim et Ezra Wube.

Et des intervenant.e.s : Bénédicte Alliot, Dulcie Abrahams Altass,
Sara Alonso Gómez, Sammy Baloji, Richard Banégas, Jean-François
Bayart, Franck Beuvier, Filip de Boeck, Sandrine Colard, Kadiatou
Diallo, Ntone Edjabe, Patricia Falguières, N’Gone Fall, Sarah Fila-
Bakabadio, Malcom Ferdinand, Silvia Forni, Justine Gaga, Alexandra
Galitzine-Loumpet, Paul Guillibert, Eléonore Hellio, Yala Kisukidi,
Jean-Christophe Lanquetin, Lionel Manga, Olivier Marboeuf, Androa Mindre Kolo, Mega Mingiedi Tunga, Yves Mintoogue, Marian Nur Goni, Valérie Osouf, Jay Pather, Julie Peghini, Marie-Emmanuelle Pommerolle, Sophie Potelon, Zahia Rahmani, Caroline Roussy, Tiphaine Samoyault, AbdouMaliq Simone, Dread Scott, Jean-Pierre Warnier, Nelisiwe Xaba, Hervé Yamguen et Hervé Youmbi

Dans l’attente de ces retrouvailles autour du formidable travail de Dominique, membre du programme Retours.

Rdv 18 rue de l’Hotel de ville, 75004 Paris

https://www.citedesartsparis.net/media/cia/183726-programme_web_sans_bios-1.pdf

Vendredi 03 juin 2022, 18h-23h
Samedi 04 juin 2022, de 09h30 à 21h30
Dimanche 05 juin 2022, de 10h à 19h30

Exposition du 03 juin au 13 juillet 2022.

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Les « chefferies bamiléké » viennent-elles du Kongo ?  La question est volontairement provocatrice à plusieurs titres – la première raison tient du caractère colonial des deux termes mis entre guillemets : « Chefferie » d’abord, nom donné par la colonisation française aux micro-États ou puissants lignages des hauts plateaux de l’Ouest Cameroun, pour ne pas utiliser un équivalent aux connotations plus positives en français ou dans les langues de la région (ngung par exemple) mais utilisé jusqu’à présent ; « Bamiléké » terme colonial générique encore plus prégnant qui serait né de la déformation allemande d’une explication d’un guide Bali « les gens d’en bas – ou de la vallée»[1], au moment de leur conquête à la fin du XIXe siècle de l’hinterland du « Kamerun » allemand.  Enfin, et c’est sans doute le point le plus central, en raison de certains objets exposés dans l’exposition Sur la route des chefferies du Cameroun, du visible à l’invisible en ce moment au Musée du Quai Branly[2] – et, comme son nom ne l’indique pas, exclusivement consacrée à des communautés des hauts-plateaux de l’Ouest et un peu du Nord-Ouest Cameroun dites « Bamiléké » : des « fétiches à clous » du royaume du Kongo.

Au fond de la première salle en effet, derrière un décor de case en raphia à colonnades sculptées doublement tronqué dans ses dimensions et sa circonférence, derrière encore des poteaux sculptés bamoun et des encadrements de portes “bamiléké” appartenant aux collections du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac (collectes Labouret et « don de la Ville de Paris”[3] ), apparaît un pan de mur recouvert d’une grande représentation de forêt – une image luxuriante qui omet une organisation en bocages et une exploitation agricole importante -, et à gauche, tout juste à côté du panneau expliquant la section « La nature au cœur de la chefferie », trois représentations de statuettes avec clous.

cliché ALG, 14 mai 2022

 La puissance de certification et de légitimation du grand musée national est si forte, la « valeur d’exposition » travaillée par Walter Benjamin[4] si performative que personne, parmi un public peu ou insuffisamment averti, ne doute de la véracité de l’attribution, elle-même justifiée par le recours à des notions employées  tout au long de l’exposition sans être jamais explicitées : « fétiches », « totem » et « totémisme », “animisme” [5]. L’absence de questionnement est d’autant plus évidente qu’elle se fonde sur ce que la littérature coloniale pseudo-savante et les marchands d’art, s’appuyant les uns sur les autres, ont nommé les « fétiches à clous » – autrement appelés  Nkisi Nkonde ou Nkondi ou « Koso ». Comme le souligne Mulinda Habi Buganza[6], “konde” n’étant pas un terme reconnu par tous ,  “Nkisi” suffit.

Les exemplaires connus des Nkisi (pluriel Minkisi)  proviennent pourtant d’ailleurs : ils ont été créés et utilisés dans l’aire Kongo à cheval entre les actuels Angola, République démocratique du Congo et la République du Congo. Parmi les plus anciens détenus par des musées européens, certains viennent, par exemple, de la région de Boma, actuelle RDC, zone située à la frontière avec la République du Congo – à quelque 2500 kms de distance du pays « Bamileké ». C’est ce que mentionne une notice de l’Africa Museum (Tervuren, Belgique), qui rajoute pour un des exemplaires en sa possession « Propriété du chef Ne Kuko, cet objet de pouvoir a été spolié par Alexandre Delcommune lors d’une expédition punitive fin 1878 »[7] – et il suffit de quelques clics sur l’inventaire des collections numérisées du Musée du Quai Branly pour trouver mention de leur origine géographique [8].

Continuer la lecture de Les chefferies Bamiléké et les Nkisi du Kongo.  Choses à soi, choses appropriées dans l’exposition « Sur la route des Chefferies du Cameroun » (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

Researches on Returns & Restitutions. Charter of Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé / Charte de Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

Researches on Returns & Restitutions

Charter of  Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

(en français ci-dessous / French version below) Pour signer, cliquer ici   / to sign, click here 

Liste des premiers signataires en fin de texte

  Preamble

After decades of mobilization of African communities, countries and diaspora, the restitution of African cultural property is finally effective with the return of 27 properties to Benin and Senegal. Researchers gathered in Benin from January 5 to 11, 2022, to participate in the symposium “Restitution and return of Beninese heritage”, we salute the role of the Republic of Benin in this now irreversible movement. As mobilizations intensify and numerous restitutions are announced, the role of research on these properties, in museums, and/or with communities will be profoundly reconfigured. Hosted at the International Festival of Porto-Novo (FIP), in the heart of a living and inspiring culture, we experimented with this reconfiguration through exchanges with more than thirty communicators and one hundred and fifty participants, including one hundred holders of traditional knowledge, artists and leaders of cultural institutions. Our work focused on the knowledge, memories and rituals associated with different cultural properties, but also on the traditional, contemporary or innovative modalities of their preservation, study and transmission. We have crossed methods and results of our research on things that have already returned, on those that have not left their communities, and on those currently preserved in Western museums. We were struck by the strong synergy of the expressions of the traditional communities, the actors of restitution, the artists and the researchers. The capital city with three toponyms – Porto-Novo, Xogbonu, Ajasè – is the ideal city to affirm the need to examine in our research the plurality of points of view, fields of investigation and languages, without being satisfied with colonial denominations, archives and languages. The research programs we are conducting in Benin, Burkina Faso, Cameroon, Ivory Coast, France, Mali, Nigeria, and Senegal share common ethical, theoretical, and methodological issues. Together, we call for a renewal of scientific practices in research on restitution and return. This charter aims to share our commitment to the foundation of a multidisciplinary research field of restitution studies. Restitution studies may focus on : repatriated property, exiled property, and property that never left; the communities that created them, the knowledge and rituals associated with them, the museums, temples, and communities that house or housed them; the artists who create or recreate them; diaspora actions ; the rules, laws, norms and conventions relating to illicit or illegitimate trafficking and property transfers; the history of colonial, missionary and scientific collections and spoliations; the markets for so-called 6 African art and the creative industries concerned (tourism, series, comics, digital applications); (post)colonial museologies, mediation, cultural policies and audiences in both the North and the South; diplomatic issues; the devices and narratives generated by (requests for) restitutions. This charter is supported by researchers, and commits their research. It is also addressed to all those who collaborate, interact, and rely on the work: communities holding knowledge, cultural institutions, tourism operators, artists, economic and political worlds.

The objective of this charter is threefold:

Continuer la lecture de Researches on Returns & Restitutions. Charter of Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé / Charte de Porto-Novo, Xọgbonu, Ájáshé

AAC: Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution – Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution/ REAF 2022, deadline 18 mars 2022

Appel à contribution ouvert : (in english below)

Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution

Saskia Cousin (Sophiapol), Anne Doquet (Imaf), Alexandra Galitzine-Loumpet (Cessma)

7ÈMES RENCONTRES DES ÉTUDES AFRICAINES EN FRANCE (TOULOUSE, 28 JUIN – 1ER JUILLET 2022)

https://reaf2022.sciencesconf.org/ (A17) DATE LIMITE : 18 mars 2022 (voir ci-dessous)

Dans son discours à l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (nov. 2017), Emmanuel Macron appelle de ses vœux un mouvement de « restitutions temporaires ou définitives » du patrimoine africain. Qu’entendre par « restitutions temporaires » ? Comme le note le rapport Sarr-Savoy (2018), cette formulation est un oxymore qui suscite à la fois des tensions et des querelles d’interprétation. Elle participe pourtant à la nouvelle doxa des musées occidentaux, au renouvellement des coopérations Nord-Sud, à ce que l’Unesco appelle la « circulation des biens culturels et le patrimoine en partage » (juin 2018). De même, la montée en puissance de la notion de  “provenance” interroge. Les recherches en provenance sont en effet diversement considérées, soit comme un “moment nécessaire et salvateur” (Sarr-Savoy) d’accès aux violences coloniales des spoliations, soit comme asymétriques : majoritairement issues des musées occidentaux, écartant spécialistes et savoirs locaux, elles contribueraient à freiner les processus de restitution.

L’émergence de cette terminologie dans l’arène des restitutions pose ainsi des questions qui vont au-delà d’une simple approche sémantique : c’est également de positionnement et de volonté politique qu’il s’agit, de la part d’acteurs institutionnels, du marché de l’art, des communautés non-étatiques, du militantisme, mais aussi de la recherche. Comment nommer précisément les processus en cours ? Eviter “d’effacer” selon le propos de Chimamanda Adichie ? Comment penser les glissements sémantiques, les euphémisations, l’alternance de termes paravents ou frontaux, leurs usages dans les discours militants ou réactionnaires ? Qui parle ? Quels sont les discours alternatifs ? Ce panel voudrait revenir sur ces enjeux et politiques discursives en s’appuyant, entre-autres, sur les travaux menés dans le cadre de l’ANR ReTours https://retours.hypotheses.org.

Propositions à envoyer à  / Please send proposals to : 

  • annedoquet@yahoo.fr
  • saskiacousin@icloud.com 
  • galitzine.alexandra@gmail.com

avant le 18 mars 2022 / before march, 18th

*Chimananda Adichie – inauguration du Humbold Forum, 25 sept. 2021

CFP- 7TH MEETING OF AFRICAN STUDIES IN FRANCE (TOULOUSE, JUNE 28 – JULY 1, 2022)
https://reaf2022.sciencesconf.org/ (A17) DEADLINE: March 18, 2022 – please circulate

Continuer la lecture de AAC: Who tells the story* ? Stratégies discursives en temps de restitution – Who tells the story* ? Discursives strategies in time of restitution/ REAF 2022, deadline 18 mars 2022

MOOC “Défis et perspectives des patrimoines africains”, chap. “Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains” / “Challenges and Perspectives of African Heritage” – “Spoliation, Restitution and Return of African Cultural Property

(english below)

Nous sommes très heureux de vous annoncer la mise en ligne du chapitre 7 du Mooc “Défis et perspectives du patrimoine africain”. Intitulé “Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains” , le chapitre 7 a été conçu et rédigé par des membres du programme ReTours.

Le MOOC est ouvert à toutes celles et ceux qui souhaitent en savoir plus sur la richesse et les acteurs du patrimoine africain mais aussi sur les défis, et les opportunités qu’il représente pour le développement des territoires et les communautés locales. Il s’adresse à la fois aux universitaires (enseignants, chercheurs, étudiants), aux gestionnaires des sites patrimoniaux, des musées et des biens du PCI, aux agences d’État et aux décideurs locaux et, de façon plus générale, aux professionnels impliqués dans la gestion du patrimoine en Afrique.

Plus de 2700 personnes se sont déjà inscrits à ce cours constitué de 8 chapitres. Les inscriptions sont possibles jusqu’au 31 mars 2022.

Plan de cours du MOOC

  • Chapitre 1 : Notion(s) des patrimoines culturels et naturels en Afrique
    Chapitre 2 : Défis et stratégies de développement du patrimoine en Afrique
    Chapitre 3 : Économie touristique et marketing du patrimoine
    Chapitre 4 : Le système du patrimoine mondial naturel et culturel : la convention de 1972 dans le contexte africain
    Chapitre 5 : Le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) en Afrique dans le processus de globalisation
    Chapitre 6 : Gestion des musées en Afrique. Défis et perspectives
    Chapitre 7 : Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains
    Chapitre 8 : Les TIC au service du patrimoine en Afrique

Pour plus d’information ou pour s’inscrire au cours :https://www.fun-mooc.fr/fr/cours/patrimoine-africain-defis-et-perspectives/ 

We are very pleased to announce the release of Chapter 7 of the Mooc “Challenges and Perspectives of African Heritage”. Entitled “Spoliations, restitution and returns of African cultural goods”, Chapter 7 was conceived and written by members of the returns program.

Continuer la lecture de MOOC “Défis et perspectives des patrimoines africains”, chap. “Spoliations, restitution et retours des biens culturels africains” / “Challenges and Perspectives of African Heritage” – “Spoliation, Restitution and Return of African Cultural Property

Diffusion du film “Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs-d’oeuvre” de la réalisatrice Nora Philippe

“Restituer ?” !

A partir du 27 octobre 2021 à 00.00, le film Restituer ? de la réalisatrice Nora Philippe sera en ligne sur la chaîne franco-allemande Arte : https://www.arte.tv/fr/videos/097591-000-A/restituer/. Il sera ensuite diffusé dans le monde arabophone (Al-Jazeera), en Suisse (RTS), en Espagne (RTVE), et aux Etats-Unis (Black Public Media).

Également commissaire d’exposition, chercheuse, et autrice, Nora Philippe est membre de notre programme de recherche ReTours.

Restituer ? s’ouvre sur de magnifiques images de choses animées de lumières et de chuchotements multilingues. Bientôt, la voix de Léonie Simaga nous extrait de la fascination esthétique qui nous avait saisis – fascination qui constitue sans doute l’un des obstacles aux restitutions : “Des centaines de milliers d’œuvres et d’objets africains vivent aujourd’hui dans nos musées, en Occident : masques, bijoux, manuscrits, statues. Nous admirons leur beauté derrière les vitrines. Mais avons-nous oublié que la plupart ont rejoint nos collections à la faveur de l’occupation coloniale de l’Afrique? C’est l’histoire d’un long exil qui a projeté plus des trois quarts du patrimoine d’Afrique Subsaharienne en dehors du continent”.

Après plusieurs années d’enquêtes dans six pays et au sein de multiples archives, Nora Philippe signe un magistral documentaire choral sur la généalogie coloniale des musées occidentaux et l’histoire de voix africaines qui n’ont jamais cessé de réclamer leurs biens.

Nous aurons bientôt l’occasion d’échanger avec Nora Philippe lors de projections débats organisées en Afrique.

Le monde en musée. Site collaboratif INHA / Musées d’Angoulême

A signaler : mise en ligne du site Le monde en musée, cartographie des objets d’Afrique et d’Océanie en France édité par les équipes de l’Institut National d’Histoire de l’Art et les musées d’Angoulême sous la coordination de Claire Bosc-Tiessé dans le cadre de son séminaire “Vestiges, indices, paradigmes : lieux et temps des objets d’Afrique (XIVe-XIXe siècle)“.

Le site présente une cartographie, toujours en actualisation selon les contributions des responsables de collections d’Afrique et d’Océanie.

Cette cartographie, expliquent ses auteurs : ” est pensée comme outil de recherche et passerelle entre musées et institutions de recherche (quelle que soit leur localisation dans le monde). Cette cartographie est un travail “fait main” : elle n’a pas moissonné des bases de données existantes, même si nous nous en sommes aidés, mais nous avons regroupé et recoupé les informations bibliographiques (les bulletins de musée et de sociétés scientifiques régionales comme les études académiques) en regard d’une consultation des responsables de collection, toujours en cours, et des sites web des musées et des bases de données en ligne. Surtout, nous avons analysé les inventaires quand cela a été possible.”

Continuer la lecture de Le monde en musée. Site collaboratif INHA / Musées d’Angoulême

VIDEO – COLLOQUE LE RETOUR DE LA RESTITUTION, 12 JUIN 2019 / SESSION 4 VERS QUOI RETOURNER ?

COLLOQUE LE RETOUR DE LA RESTITUTION, tenu en Sorbonne le 12 juin 2019

programme complet ici 

Session  4 : Vers quoi retourner ?

Copier coller le lien dans votre moteur de recherche ou cliquer sur l’image.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02275518

Modération : Alexandra GALITZINE (Cessma-Inalco) et Marian NUR GONI (Musée du Quai Branly)

Intervenants : Germain LOUMPET (archéologue et anthropologue, indépendant), « Pour un musée du retour » ; Claire BOSC-TIÉSSÉ (Cnrs-Imaf) : « Décrire les objets, formater l’histoire»; Valérie PERLES (Directrice du Musée départemental Albert-Kahn) & Amandine YÉHOUÉTOMÈ (U. Paris 1), « Comment faire des Archives de la planète un patrimoine partagé ? L’exemple du fonds Dahomey » ; Didier HOUÉNOUDÉ (U. Abomey-Calavi) & Richard SOGAN (ANPT), « Enjeux politiques et économiques du retour des objets spoliés »