Archives par mot-clé : retour

Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023

Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution

Colloque international. 22-27 mai 2023,

Musée National – Goethe Institut Kamerun – CIPCA – Institut Français du Cameroun – Bandjoun Station 

organisé par le PRC ReTours en collaboration avec : 

 Free admission – Accès libre

Programme à télécharger :  ProgrammeAteliers_définitif

PRESENTATION

(english version below)

Image : Archive © Defap-Service protestant de mission, Paris

 L’histoire des demandes de restitutions commence à être bien connue : aussi ancienne que les spoliations d’objets par les puissances coloniales, elle s’écrit depuis lors à l’échelle africaine au travers des mobilisations des institutions, des communautés et des diasporas, de chercheurs et d’artistes ; de l’appel solennel d’Amadou Maktar M’Bow directeur de l’Unesco, « Pour le  retour, à ceux qui l’ont créé, d’un patrimoine culturel irremplaçable » (1978),  aux débats et manifestes des festivals panafricains de Dakar 66 et d’Alger 69 et en filigrane des conventions internationales sur le trafic illicite des biens culturels (Unesco 1970 et 1972, Unidroit 1995). Une nouvelle étape s’amorce récemment avec le discours d’Emmanuel Macron à Ouagadougou (nov. 2017), ouverture bientôt reprise par d’autres pays européens.  A la suite du rapport Sarr-Savoy (novembre 2018), sept pays d’Afrique, dont le Bénin, le Mali et le Sénégal, demandent officiellement au gouvernement français la restitution d’une partie ou de l’ensemble de leurs biens culturels. Une première restitution par la France de 26 œuvres à lieu vers le Bénin en novembre 2021, vers le Sénégal également. D’autres sont en cours depuis l’Allemagne, la Belgique, le Royaume-Uni, la France vers la Côte d’Ivoire, le Nigeria, la République démocratique du Congo, après l’Éthiopie et Madagascar, à chaque fois selon des modalités différentes. Le processus enclenché paraît irréversible, mais les questionnements demeurent, de part et d’autre, entre émotions et polémiques, politiques du patrimoine, violences coloniales et postcoloniales et approches mémorielles, mises en exposition ou en tourisme, usages et propriétés des biens, formes de savoirs, œuvres concernées et devenirs de celles-ci.

Dans ce cadre général, le Cameroun occupe une place particulière, tant par la richesse des quelques 250 communautés qui le composent, que par son histoire. Protectorat allemand entre 1894 et 1916 puis territoire sous mandat de la Société des Nations et des Nations-Unies attribué à la France et au Royaume-Uni, le Cameroun fut aussi, après son indépendance le 1er janvier 1960, le premier pays d’Afrique où une restitution eu lieu (déc. 1973). Différent du contexte actuel qui porte principalement sur la période coloniale et les collections de musées, le retour d’Afo-A-Kom (“la chose des Kom”) fut cependant exemplaire d’une collaboration internationale, incluant divers acteurs.   

Les premiers ateliers du Cameroun proposent justement d’aborder la restitution par le prisme du retour, c’est-à-dire d’opérer un décentrement : des pays de détention des biens vers les pays et communautés d’origine ; des avis occidentaux aux opinions africaines ; des « œuvres » exposées dans les musées européens aux resocialisations des « choses » revenues, rechargées de multiples sens ; de la matérialité des objets aux images d’archives et aux créations contemporaines. Comment le retour désormais possible des objets est-il perçu ? Quels imaginaires et attentes réveille-t-il ? Quelles seraient les valeurs des choses revenues ? Penser les biens actuellement demandés, les objets encore là-bas, les choses toujours ici, engage à croiser les points de vue et à ouvrir des espaces de débat, dans et hors des arènes scientifiques, dans le respect de toutes les parties prenantes*. Pour se faire, les rencontres participatives initiées par le programme collaboratif ReTours – Géopolitiques du patrimoine, économies du retour, imaginaires de la restitution, en partenariat avec différentes structures institutionnelles, associatives et traditionnelles, alternerons ateliers participatifs sous forme de conversations entre les intervenants et l’assistance, à Yaoundé comme dans l’Ouest Cameroun. Elles seront associées à des projections, performances et exposition.

The history of requests for restitution is becoming well known: As old as the spoliations of objects by the colonial powers, it has since been written on an African scale through the mobilisation of institutions, communities and diasporas, researchers and artists, from the solemn appeal of Amadou Maktar M’Bow, director of Unesco, “For the return of an irreplaceable cultural heritage to those who created it” (1978), to the debates and manifestos of the Pan-African festivals of Dakar 66 and Algiers 69, and the international conventions on the illicit traffic of cultural property (Unesco 1970 and 1972, Unidroit 1995). A new stage began recently with Emmanuel Macron’s speech at Ouagadougou (Nov. 2017), an opening soon to be taken up by other European countries. Following the Sarr-Savoy report (November 2018), seven African countries, including Benin, Mali and Senegal, are officially requesting the French government to return some or all of their cultural property.  A first restitution by France of 26 works take place to Benin in November 2021, and to Senegal as well. Others, imminent, are underway from Germany, Belgium, the United Kingdom and France to Côte d’Ivoire, Nigeria and the Democratic Republic of Congo, after Ethiopia and Madagascar, each time according to different modalities. The process seems irreversible, but questions remain, on both sides, between emotions and polemics, heritage policies, colonial and post-colonial violence and memorial approaches, exhibition or tourism scenes, uses and properties of things, forms of knowledge, works of art concerned and their fates.

In this general framework, Cameroon occupies a special place, both because of the richness of its 250 or so communities and its history. A German protectorate between 1894 and 1916, then a territory under a League of Nations and United Nations mandate assigned to France and the United Kingdom, Cameroon was also, shortly after its independence on 1 January 1960, the first African country where restitution took place (Dec. 1973). Different from the current context, which focuses on the colonial period and museum collections, the return of Afo-A-Kom (“the Kom thing”) was nevertheless exemplary of an international collaboration, including various actors.  

This workshops in Cameroon propose to approach restitution through the prism of returns, i.e. to decentralize: from the countries where the objects were held to the countries and communities of origin; from Western viewpoints to African opinions; from the “works” exhibited in European museums to the resocialization of the returned “things”, recharged with multiple meanings; from the materiality of the objects to archival images and to contemporary creations. How is the possible return of objects perceived? What imaginations and expectations does it awaken? What would be the values of the returned things?  Thinking about the goods that are currently in demand, the things that are still there, involves crossing points of view and opening up spaces for debate, both inside and outside scientific arenas, while respecting all stakeholders*. To this end, the participatory meetings initiated by the collaborative research programme ReTurns (ReTours) – Geopolitics of Heritage, Economies of Return, Imaginaries of Restitution, in partnership with various institutional, associative and traditional structures, will alternate themes, inclusive participatory workshops in Yaoundé as well as in West Cameroon. They will be associated with projections, performances and exhibitions.

* Charter of Porto-Novo, Xogbonu, Ájáshé on returns and restitutions 

PROGRAMME

Entrée libre / Free admission

Les ateliers sont conçus pour être participatifs et inclusifs, non exclusivement académiques. Ils s’articulent autour d’objets-témoins patrimoniaux documentés par des archives et de conversations pour ouvrir à un large débat avec une assistance informée et intéressée. The workshops are designed to be participatory and inclusive, borrowing from non-exclusive academic forms. They are based on heritage objects documented by archives to open a broad debate with an informed and interested audience.

9 mai 2023 :  Journée de l’Europe, stand dédié – Palais des Congrès, Yaoundé

17 mai 2023 Conférence de presse,  Délégation de l’Union Européenne au Cameroun  (1068, rue Onambélé Nkou, Nlonkak, Yaoundé) – 15h30-17h00

18-19 mai 2023. Résidence performanceChristian Etongo (Multikulti Project Association) à Akak 1

Continuer la lecture de Le retour des choses / The return of things : Objects, archives and creation in time of restitution – Yaoundé & Bandjoun, 22-27 mai 2023

7e Rencontres des études africaines en France – Toulouse, 28 juin-1er juillet 2022

Plusieurs ateliers sur les restitutions, retours, collections et narrations lors des 7e rencontres des études africaines en France, dont celui du PCR Retours.

programme général ici REAF_2022_programme

1er juillet 2022

14h30-16h30 (atelier 17) Salle GS133 Who tells the story? Stratégies discursives en temps de restitutions

  • Anne Doquet et Alexandra Galitzine Loumpet  : introduction
  • Lotte Arndt  : Toxicités persistantes
  • Klara Boyer-Rossol  : Les enjeux de la recherche de provenance et de l’identification dans les débats actuels sur les retours, restitutions ou rapatriements de restes humains en Afrique – L’exemple de collections de crânes de Madagascar conservées dans des Musées en France (XIXe-XXI e siècles)
  • Saskia Cousin : Matrimoines du Bénin : un autre récit de la restitution
  • Éric Essono Tsimi : La rectification des noms : dénommer, renommer, mal nommer

ainsi que, le même jour.

8h30-10h30 (atelier47.1) Salle GH 112 Objets d’Afrique : histoire et patrimoine à l’ombre des collections – Première session Pauline Monginot,ClaireBosc-Tiesse

Continuer la lecture de 7e Rencontres des études africaines en France – Toulouse, 28 juin-1er juillet 2022

Diffusion du film “Restituer ? L’Afrique en quête de ses chefs-d’oeuvre” de la réalisatrice Nora Philippe

“Restituer ?” !

A partir du 27 octobre 2021 à 00.00, le film Restituer ? de la réalisatrice Nora Philippe sera en ligne sur la chaîne franco-allemande Arte : https://www.arte.tv/fr/videos/097591-000-A/restituer/. Il sera ensuite diffusé dans le monde arabophone (Al-Jazeera), en Suisse (RTS), en Espagne (RTVE), et aux Etats-Unis (Black Public Media).

Également commissaire d’exposition, chercheuse, et autrice, Nora Philippe est membre de notre programme de recherche ReTours.

Restituer ? s’ouvre sur de magnifiques images de choses animées de lumières et de chuchotements multilingues. Bientôt, la voix de Léonie Simaga nous extrait de la fascination esthétique qui nous avait saisis – fascination qui constitue sans doute l’un des obstacles aux restitutions : “Des centaines de milliers d’œuvres et d’objets africains vivent aujourd’hui dans nos musées, en Occident : masques, bijoux, manuscrits, statues. Nous admirons leur beauté derrière les vitrines. Mais avons-nous oublié que la plupart ont rejoint nos collections à la faveur de l’occupation coloniale de l’Afrique? C’est l’histoire d’un long exil qui a projeté plus des trois quarts du patrimoine d’Afrique Subsaharienne en dehors du continent”.

Après plusieurs années d’enquêtes dans six pays et au sein de multiples archives, Nora Philippe signe un magistral documentaire choral sur la généalogie coloniale des musées occidentaux et l’histoire de voix africaines qui n’ont jamais cessé de réclamer leurs biens.

Nous aurons bientôt l’occasion d’échanger avec Nora Philippe lors de projections débats organisées en Afrique.

ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution (PRC)

ReTours. Géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution

 

Programme de recherche collaboratif financé par l’Agence Nationale de la Recherche / 15 chercheurs, 7 pays.

 

Coordination : Saskia Cousin (Université de Paris, CESSMA) ; partenaires : Anne Doquet (IRD, IMAf), Alexandra Galitzine (CESSMA, ICM)

Résumé en français (in english below)  :

Alors que la question de la restitution des collections africaines fait polémique en France et en Europe, le programme comparatif, diachronique et multiscalaire ReTours vise à déplacer l’enquête 1) de l’Occident aux pays africains concernés, 2) des questions de restitution aux problématiques du retour, 3) de la vision muséo-centrée aux rôles des diasporas et du tourisme, 4) des instances et autorités officielles du patrimoine aux lieux, récits et transmissions considérés comme marginaux, secondaires ou officieux.

ReTours est un programme novateur tant dans ses objectifs de recherche critiques que par ses méthodes d’enquêtes et ses collaborations culturelles. Constitué d’un consortium international et pluridisciplinaire de 15 chercheurs, ReTours travaillera à partir du Bénin, du Cameroun, du Mali et du Sénégal et sur leurs diasporas.

L’objectif du programme est de saisir les enjeux politiques, les rôles économiques, les usages sociaux du retour. Il s’organise à partir de trois axes qui sont autant de manières de désigner les biens culturels :  1) Géopolitique du patrimoine, autour des mobilisations pour ou contre la restitution des “oeuvres”, 2) Économies du retour et imaginaires du tourisme, à propos des dispositifs d’accueil notamment touristiques des “pièces muséales” ; 3) Appropriations et resocialisations autour des mémoires sociales, de l’agency des “choses” revenues, des transformations des significations et des créations contemporaines.

Le programme ReTours se propose ainsi de travailler selon les méthodes inspirées de l’anthropologie collaborative et de la recherche-action, qui impliquent une réflexivité attentive à la fois aux enjeux de pouvoirs et aux risques d’enclicage. Des ateliers intermédiaires associeront les acteurs du retour et de l’accueil (autorités traditionnelles, institutions culturelles, artistes, associations partenaires associés). En termes de résultats, ReTours croisera enquêtes de terrain, d’archives et numériques pour proposer des cartographies des mobilisations, des réseaux et des objets, des analyses comparées et multisituées, des biographies sociales d’objets, des analyses d’interventions artistiques. ReTours s’engage dans un ambitieux programme de conférences, de publications et de séminaires, propres ou co-conçus avec d’autres programmes de recherche internationaux. L’impact scientifique majeur attendu de ReTours est le changement du paradigme des recherches sur la circulation des collections et leurs appropriations : de nouvelles connaissances, mais aussi de nouvelles manières de faire de la recherche, avec des enquêtes collectives, réflexives et attentives aux effets d’asymétrie liées au statut, au genre et à l’origine. ReTours travaille avec un grand nombre de partenaires institutionnels, muséaux, culturels et artistiques associés au programme : expositions virtuelles, applications numériques, catalogues, outils pédagogiques, etc. En termes de retombées sociales et économiques, ReTours ambitionne de documenter les expériences menées dans chacun des pays, de fournir aux institutions en charge du retour des outils utiles à la prise de décision, mais aussi de donner à voir et à entendre les mémoires de groupes sociaux souvent ignorés, notamment les femmes, et participer ainsi à la reconnaissance de leurs savoirs propres. ReTours : géopolitiques, économies et imaginaires de la restitution des biens culturels.

English summary

In France and in Europe, a debate is currently raging around the restitution of African works of art. In this context, ReTurns, a comparative, diachronic and multi-scalar research program, seeks to shift the focus of inquiry: (1) from Europe and North America toward the African countries concerned; (2) from the topic of restitution toward the fact of return; (3) from museum-centered approaches to approaches centered on the role of diasporic communities and tourism; (4) from official patrimonial oversight to sites and to modes of discourse and transmission typically considered to be marginal, secondary or informal.

Structured around an international, multidisciplinary consortium of researchers working in and on four African countries – Benin, Cameroon, Mali, Senegal – as well as their diasporas, ReTurns is an innovative program in terms of its critical research goals, its methodological stance and the cultural collaborations it entails. International and multidisciplinary consortium of 15 researchers, ReTurns will work from Benin, Cameroon, Mali and Senegal and on their diasporas.

The objective is to understand the political stakes, the economic roles and the social uses of return. It is organized around three axes which are as many ways of designating objects: 1) Geopolitics of heritage, around mobilizations for or against the restitution of “works of art”, 2) Return economies and tourism imaginaries, concerning facilities and welcoming of “museum pieces”; 3) Appropriations and resocializations around social memories, the agency of returned “things”, transformations of meanings and contemporary creations. The ReTurns program thus proposes to work according to methods inspired by collaborative anthropology and research-action, which imply a reflexivity attentive to both the stakes of power and the risks of interlocking. Workshops will associate the actors of the return (traditional authorities, cultural institutions, artists, associated partner associations). In terms of results, ReTurns will combine field, archive and digital surveys to propose maps of mobilisations, networks and objects, comparative and multisite analyses, social biographies of objects, analyses of artistic interventions. ReTunrs is engaged in an ambitious programme of conferences, publications and seminars, on its own or co-designed with other international research programs. The major scientific impact expected from ReTurns is the change of the research paradigm on the circulation of works of art and their appropriation: new knowledge, but also new ways of doing research, with collective, reflexive and attentive enquiries into the effects of asymmetry linked to status, gender and origin. ReTunrs works on real cultural cooperation with a large number of institutional, museum, cultural and artistic partners : virtual exhibitions, digital applications, catalogues, educational tools, etc. In terms of social and economic spin-offs, ReTunrs s aims to document good practices in each of the countries, to provide the institutions in charge of the return with useful tools for decision-making, but also to show and hear the memories of often ignored social groups, especially women, and thus participate in the recognition of their own knowledge.

 

 

VIDEO – COLLOQUE LE RETOUR DE LA RESTITUTION, 12 JUIN 2019 / SESSION 4 VERS QUOI RETOURNER ?

COLLOQUE LE RETOUR DE LA RESTITUTION, tenu en Sorbonne le 12 juin 2019

programme complet ici 

Session  4 : Vers quoi retourner ?

Copier coller le lien dans votre moteur de recherche ou cliquer sur l’image.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02275518

Modération : Alexandra GALITZINE (Cessma-Inalco) et Marian NUR GONI (Musée du Quai Branly)

Intervenants : Germain LOUMPET (archéologue et anthropologue, indépendant), « Pour un musée du retour » ; Claire BOSC-TIÉSSÉ (Cnrs-Imaf) : « Décrire les objets, formater l’histoire»; Valérie PERLES (Directrice du Musée départemental Albert-Kahn) & Amandine YÉHOUÉTOMÈ (U. Paris 1), « Comment faire des Archives de la planète un patrimoine partagé ? L’exemple du fonds Dahomey » ; Didier HOUÉNOUDÉ (U. Abomey-Calavi) & Richard SOGAN (ANPT), « Enjeux politiques et économiques du retour des objets spoliés »

VIDEO – COLLOQUE Le Retour de la restitution, 12 juin 2019 / SESSION 2 Musées, objets et diasporas: propriétés, appropriations

COLLOQUE LE RETOUR DE LA RESTITUTION, tenu en Sorbonne le 12 juin 2019

programme complet ici 

Session  2 :  Musées, objets et diasporas: propriétés, appropriations

Copier coller le lien dans votre moteur de recherche ou cliquer sur l’image.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02275318

https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02275318

Modération: Saskia COUSIN (Paris Descartes-Canthel) et Marie SALAUN (Paris Descartes- Canthel).

Intervenants : Blandine MARCÉ (Ecole du Louvre, Consultante en conservation des collections) : « La peur du “précédent” : que nous disent les craintes des conservateurs sur la restitution de collections»; Joanes LOUIS (avocat au barreau de Paris) : « La valorisation financière des œuvres d’art africaines avant leur retour définitif » ; Rachele SHAMOUNI (U. Paris Descartes) & Jacob Buena (U. Cergy Pontoise) : « Quai Branly : comment s’approprier et parler des objets »

 

 

 

VIDEO – COLLOQUE Le Retour de la restitution 12 juin 2019 / SESSION 1 Géopolitique de la restitution

COLLOQUE LE RETOUR DE LA RESTITUTION, tenu en Sorbonne le 12 juin 2019

programme complet ici 

Accueil et session 1 Géopolitique de la restitution

copier coller le lien dans votre moteur de recherche ou cliquer sur l’image.

https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02275299

https://medihal.archives-ouvertes.fr/medihal-02275299

Mot d’accueil : Mot d’accueil de Marie Salaun (directrice du Canthel) et Didier Nativel (directeur du Cessma) 

Introduction : Alexandra Galitzine (Inalco/Cessma) et Saskia Cousin (U. Paris Descartes/Canthel) : « Le retour de la restitution : l’entrée par les acteurs »

Modération: Dominique MALAQUAIS (CNRS-Imaf) et Yala KISUKIDI (U. Paris 8 Vincennes -LLCP)

Intervenants: Louis Georges TIN (premier ministre de l’État de la Diaspora à l’Union Africaine) : « Ce que restituer veut dire »; Germain LOUMPET (Archéologue et anthropologue) : « Géopolitiques du patrimoine et temporalités de la restitution »; Alexandra GALITZINE (Cessma/Inalco) : « Géopolitiques du patrimoine et temporalités de la restitution »; Philippe CHARLIER (directeur de la recherche du Musée du Quai Branly) : « Une archéologie des sources, des origines, des cheminements (palais royaux d’Abomey) »; ] Alain GODONOU (responsable des musées à l’ANPT – Agence nationale de promotion des patrimoines et du tourisme) : « Restitution et récit national : le cas Béninois »

AAC : LE RETOUR DE LA RESTITUTION : MOBILISATIONS, IMAGINAIRES, (RE) APPROPRIATIONS.

(en français plus bas, in french below.)

The Return of Restitution- Mobilizations, Imaginaries, (Re)appropriations

Call for Submissions thematic issue coordinated by Saskia Cousin (CESSMA, Université de Paris),Anne Doquet (IMAF, IRD) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA)

Debates surrounding the restitution of cultural property are as old as the latter’s theft. On the African continent, some demands for restitution were publicized in the media at the time of Independence and on the occasion of associated Pan-African festivals. The first restitutions date back to the 1970s, following the passage of international conventions against the illicit traffic of cultural property (Unesco 1970, 1973). In 1978, the head of Unesco, Amadou-Mahtar m’Bow, launched an appeal for return. That year too the “Intergovernmental Committee for Promoting the Return of Cultural Property to its Countries of Origin or its Restitution in case of Illicit Appropriation” was founded.Most of the demands alluded to above were turned down on grounds that the collections to which the objects belonged were “inalienable.” Where returns did occur, these were not in fact restitutions: objects were “donated” by Belgium to Zaire; a ram sculpture was “offered” to Mali; Benin bronzes were “resold.” The only actual (and scant) returns were of human remains. The 2000s brought a little change. In 2006, France was made to return to Nigeria Nok sculptures previously held in the Louvre; in 2008, after much debate (Ficquet 2004), Italy returned the famed Aksum stela to Ethiopia; in 2014, the Denver Museum returned 30 Vigango statues to Kenya (Nevadomsky 2018). President Emmanuel Macron’s 2017 Ouagadougou speech, followed by the Sarr-Savoy report (2018) and a bill on the restitution of cultural property to Benin and Senegal (2020) by France, opened a new sequence of debate in the West on the legality and legitimacy of the restitution process. Simultaneously, in the African countries concerned, debates around restitution have emerged as well. On the continent, the matter of return is diversely addressed as a challenge for the elaboration of national imaginaries, as a fulcrum for international cultural cooperation, and as a lever for enhancing tourism.

To date, the scholarly literature has focused mainly on historical, legal or political issues and on restitution from the point of view of Western and intergovernmental actors (König et al. 2018; Sarr & Savoy 2018). Still, some researchers (Clifford 2013; Bodenstein & Pagani 2014), often in the wake of artists (Fred Wilson, Sammy Baloji, Kader Attia), have sought to look further afield, questioning the violence of exhibitions mounted in the West that incorporate objects subject to restitution claims and considering the pain that attends objects consigned to a life in exile or the diaspora (Galitzine-Loumpet 2011; Appadurai 2017). Still, other authors examine the role of museums on the African continent (Bondaz et al. 2014); Seiderer 2014; Abungu 2018; Akogni et al. 2019), their tourist audiences (Quashie 2009; Cousin 2013; Doquet et al. 2018), and their future (Bocoum et al. 2018), from processes of “demuseification” (Loumpet 2018) to various forms of object resocialization (Tassi et al. 2018; Ndjock Nyobe 2019; Malaquais & Vincent 2020).

This call for papers proposes to shift the focus: 1) from the West to the African continent, 2) from questions of restitution to the actual process of return, 3) from museum-centered visions to visions centered on the roles played by diaspora communities and tourism, 4) from official heritage bodies and authorities to places, narratives and transmissions commonly taken to be marginal, secondary or unofficial. The challenge, here, is to address the political underpinnings and effects, the economic roles and the social uses attending the return of objects.

Three approaches are envisaged:

1- Political and identity-centered stakes of quests and mobilizations for restitution. Drawing on archival sources, surveys and/or testimonies, proposed articles should document the genealogy of calls and mobilizations for the return of objects. Who are the actors involved? What networks and stakes are at play? What roles have institutions and international conventions played? What types of roles have diaspora communities played? How do the actors involved relate to past and current debates? What manner of political stands do demands for restitution articulate? What relations do they bear to international relations, to the reinforcement or the contestation of national narratives, to the identity of those who hold the reins of power? What is the nature of local, national and transnational mobilizations and how do they relate to one another?

2- Cultural mechanisms and economic and commercial justifications for return
Proposed articles should examine the form, justifications and legal, technical, administrative or scenographic devices of return. What are the legal conditions of return and how are they related to its concrete modalities? What are the issues underlying this relationship? What audiences do museums concerned by the return of objects target? What are the respective roles of the African art market, heritage conventions and tourist labels? What role do arguments in favour of tourism play in calls for return and how do they work to justify such calls? How do they reinforce or, on the contrary, counteract other motivations, notably political, cultural and religious?
 
3- Memories and social (re)appropriations
The challenge here is to describe the process of return from and to the social spheres that consider themselves the owners, heirs or guarantors of the objects concerned: cultural or religious institutions, traditional authorities or communities, the art world, etc. Proposed articles should focus on the attachment to and the value of objects claimed by various protagonists, the benefits (or, in contradistinction, the negative energies) expected to flow from the return of spiritually endowed “entities,” the ways in which the latter relate to questions of “identity” and/or “otherness.” What manner of intersection does one encounter, in this setting, between institutional, community and intimate worlds, what overlaps between family ties, spiritual beliefs, untranslatable and matrimonial memories (Hertz 2002)? Finally, in the context of return, what roles do artisans and artists play in fostering cultural reconnections and social reconfigurations?
While the primary focus of the present call for papers is on restitution in French-speaking Africa, this special issue aims to engage with the entirety of the African world in order to shed light on different contexts of colonial spoliation, postcolonial disparities and the diverse mobilizations these have engendered. Articles documenting, through surveys, requests for returns, actual reception and analysis of local terms of use will be greatly appreciated. Articles hinging on interviews and bringing together a range of actors through co-writing will be welcome. This double issue is scheduled to appear in September 2023.
 
The new deadline for sending abstracts (500 words maximum) is April 15, 2021 at midnight (GMT + 1). Proposals should be sent to Saskia Cousin (saskia.cousin@u-paris.fr), Anne Doquet (annedoquet@yahoo.fr) and Alexandra Galitzine Loumpet (alexandra.galitzine-loumpet@inalco.fr)
 

Double numéro thématique coordonné par Saskia Cousin (CESSMA, Université de Paris), Anne Doquet (IMAF, IRD) & Alexandra Galitzine-Loumpet (CESSMA)

Les débats autour des restitutions des biens culturels sont aussi anciens que les spoliations. Sur le continent africain, certaines demandes sont médiatisées au moment des Indépendances et des festivals panafricains. Les premières restitutions datent des années 1970, à la suite des conventions internationales contre le trafic illicite des biens culturels (Unesco 1970, 1973). En 1978, Amadou-Mahtar M’Bow, alors directeur général de l’Unesco, lance un appel pour le retour. La même année est créé le Comité intergouvernemental pour la promotion du retour de biens culturels à leur pays d’origine ou de leur restitution en cas d’appropriation illégale.Pourtant, la plupart des demandes essuient un refus au nom de l’inaliénabilité des collections et les rares retours ne sont pas des restitutions : objets « donnés » par la Belgique au Zaïre, sculpture du bélier « offerte » au Mali, « revente » des bronzes du Bénin… Seuls des restes humains ont fait l’objet d’une restitution. En 2006, la France doit cependant rendre au Nigéria les sculptures Nok du Musée du Louvre ; en 2008, après de nombreux débats (Ficquet 2004), l’Italie restitue à l’Éthiopie la stèle d’Axoum. Le Kenya reçoit 30 statues vigango du Denver Museum of Nature and Science en 2014 (Nevadomsky 2018). En 2017, le discours du président Macron, suivi du rapport Sarr-Savoy (2018) et d’un projet de loi sur la restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal (2020), ouvre en Occident une nouvelle séquence de débat sur la légalité et la légitimité des restitutions. Dans les pays africains concernés, la restitution est en revanche perçue comme un enjeu pour l’imaginaire national, une éventuelle coopération culturelle sincère ou un espoir touristique.

La littérature scientifique atteste de cette divergence d’appréciation et porte principalement sur les questions historiques, juridiques ou politiques et sur la restitution du point de vue des acteurs occidentaux et intergouvernementaux (König et al. 2018 ; Sarr & Savoy 2018). Des chercheurs (Clifford 2013 ; Bodenstein & Pagani 2014) et des artistes (Fred Wilson, Sammy Baloji, Kader Attia) interrogent la violence des exhibitions postcoloniales, les mémoires douloureuses d’objets en exil ou en diasporas (Galitzine-Loumpet 2011 ; Appadurai 2017). D’autres travaux examinent le rôle des musées sur le continent africain (Bondaz et al. 2014 ; Seiderer 2014 ; Abungu 2018 ; Akogni et al. 2019), leurs publics touristiques (Quashie 2009 ; Cousin 2013 ; Doquet et al. 2018) ou leur avenir (Bocoum et al. 2018), des processus de « démuséalisation » (Loumpet 2018) aux diverses formes de resocialisation des objets (Tassi et al. 2018 ; Ndjock Nyobe 2019 ; Malaquais & Vincent 2020).

Cet appel propose de déplacer la focale : 1) de l’Occident aux pays africains concernés, 2) des questions de restitution aux problématiques du retour, 3) de la vision muséocentrée aux rôles des diasporas et du tourisme, 4) des instances et autorités officielles du patrimoine aux lieux, récits et transmissions considérés comme marginaux, secondaires ou officieux. L’objectif de ce numéro est donc d’étudier les enjeux politiques, les rôles économiques, les usages sociaux du retour des objets depuis les pays concernés à travers trois thématiques :

Continuer la lecture de AAC : LE RETOUR DE LA RESTITUTION : MOBILISATIONS, IMAGINAIRES, (RE) APPROPRIATIONS.

Carnet du programme ReTours, financé par l’ANR

Résumé 

Alors que la question de la restitution des collections africaines fait polémique en France et en Europe, le programme comparatif, diachronique et multiscalaire.
ReTours vise à déplacer l’enquête 1) de l’Occident aux pays africains concernés, 2) des questions de restitution aux problématiques du retour, 3) de la vision muséo-centrée aux rôles des diasporas et du tourisme, 4) des instances et autorités officielles du patrimoine aux lieux, récits et transmissions considérés comme marginaux, secondaires ou officieux. Inscrit dans la temporalité des restitutions telle que préconisée par le rapport Sarr – Savoy (2018) et constitué d’un consortium international et pluridisciplinaire qui travaillera à partir du Bénin, du Cameroun, du Mali et du Sénégal et de leurs diasporas, ReTours est un programme novateur tant dans ses objectifs de recherche critiques que ses méthodes d’enquêtes et ses coopérations culturelles.

Ce carnet de recherche présentera actualités des membres de l’équipe, et des travaux inspirés de l’anthropologie collaborative et de la recherche-action, qui vise à coproduire les savoirs en incluant le point de vue des enquêtés à toutes les étapes de l’enquête et de leurs restitutions.

Image du bandeau : Hervé YOUMBI (c), Axis Gallery, New-York